Un suicide chez Renault à nouveau classé comme accident du travail

Publié le par NPA Auto Critique

Après les établissements de Renault Cléon et Guyancourt, un nouveau suicide de salarié s'était passé,  le 8 septembre 2014, sur son  lieu de travail du Plessis Robinson dans les Hauts de Seine.  La direction de Renault avait prétendu à lépoque que "cela n'avait sans doute rien à voir avec le travail". Voir sur ce blog l'article du NPA Guyancourt 

Mais une nouvelle fois Renault est rattrapé  par le rappel des faits. Ce suicide vient d'être classé comme accident du travail par la Caisse primaire d'assurance maladie. Et comme d'habitude, la direction de Renault a ergoté : elle avait déposé un recours vis à vis de la Sécurité sociale, recours qu'elle a perdu après réunion de la "commission de recours amiable". La législation impose dans cette situation à l'employeur, Renault en l'occurrence,  de prouver sa bonne foi.  La soi-disante bonne foi de Renault n'a pas été reconnue : ses profits valent plus que nos vies !
Voir article du Parisien du 6 avril 2014

 
Un suicide chez Renault à nouveau classé comme accident du travail

Publié dans Renault

Commenter cet article

location voiture casablanca 08/04/2015 19:57

Renault doit refaire ses calculs puisse que la firme est en cours de pénalisation de l’économie nationale du pays implicitement en prenant des décisions fermes pour le bien de ses résultats financiers aux détriment de ses employés et du pays.