Les échos anticapitalistes du mois

Publié par NPA Auto Critique

Echos proposés par  le secteur automobile du NPA.

Pour accéder aux  archives des échos proposés

115 - Le diesel, pire pour le climat que le moteur à essence

Chaque voiture diesel rejette en moyenne 42,65 tonnes de CO2 contre 39 tonnes pour une voiture essence, sur toute sa durée de vie.

C’est ce que vient de publier « Transport et Environnement » l'ONG qui avait rendu publiques les premières enquêtes montrant comment la pollution en particules fines émise par les voitures diesel était bien plus élevée en vraie conditions de conduite qu'en tests organisés pour les contrôles officiels.

Ce fut la première démonstration de l'enfumage réalisé en Europe par les firmes automobiles.

Entre le CO2 facteur du réchauffement climatique et les particules fines aux effets cancérigènes reconnus, les constructeurs automobiles prétendaient choisir la solution la moins mauvaise pour le réchauffement climatique, quitte à nous enfumer d'émanations cancérigènes.

Ça suffit  le secret dont continuent à s'entourer les firmes automobiles ! Oui les firmes automobiles doivent rendre des comptes à ses salariés et à la population, et cesser de nous enfumer.

(18/9/2017)     (1039 signes)

114 - RABOTAGE DES APL : CE N’ÉTAIT QU’UN DÉBUT

Fin août, annonçant une baisse de 5 euros de l’APL, le premier ministre déclarait : « Évidemment, que c’est pas intelligent ». Mais selon lui, il ne faisait qu’appliquer une mesure décidée par le gouvernement précédent. Moins d’un mois plus tard, c’est pourtant le même qui s’apprête cette fois à baisser les APL de 50 euros par mois dans le logement social, soit dix fois plus.

Pour faire avaler cette pilule, il annonce simultanément que les loyers baisseront d’autant pour les locataires de HLM.

Sauf qu’il ne dit pas que cette diminution des moyens pour les sociétés HLM aura pour conséquence inévitable une dégradation considérable des services qu’elles peuvent rendre, à commencer par les investissements dans la rénovation et la construction de nouveaux logements, qui se répercutera immanquablement sur les conditions de vie des classes populaires qui y vivent.

(18/9/2017)     (909 signes)

113 - ASSEZ D’ENFUMAGE ! L’AUGMENTATION DE LA CSG, C’EST LA SAPE DE LA SECU !

Les annonces de Macron sur  « le gain de pouvoir d’achat » sont une arnaque. Le gouvernement aurait pu, tout simplement augmenter le SMIC ! Il entend, en réalité, diminuer nos salaires : les cotisations sociales - dont la maladie et le chômage - sont une part du salaire qui est « socialisée ».

Au 1er janvier, il n’y aurait plus de « cotisation maladie » salariale et rien n’empêcherait le gouvernement de réduire, voire de supprimer les  cotisations patronales, au nom de la « diminution des charges »  L’objectif du patronat est la suppression totale des cotisations sociales, par la fiscalisation de la SECU.

L’instrument actuel de cette fiscalisation est la CSG (augmentée à nouveau de 1,7 %). Les prestations d’assistance dites de « solidarité nationale » : FSV (Fond de Solidarité Vieillesse), CMU, RSA, etc.., financées par l’impôt se sont développées, tandis que les remboursements diminuaient et les pensions stagnaient.

Fiscaliser avec l’augmentation de la CSG, c’est saper les fondements de la SECU. Cela aura pour conséquence une couverture minimale pour les plus pauvres, et le recours aux assurances privées pour ceux qui auront les moyens.

(18/9/2017)     (1226 signes)

112 - Le procès de l’amiante n'aura pas lieu .

20 ans après l’interdiction de l'amiante, 3000 travailleurs meurent chaque année et 100 000 d’entre eux vont mourir d’ici 2025. Le procès des responsables de ce carnage n'aura pas lieu! La justice vient d'annuler les mises en examen : les industriels et les hauts fonctionnaires promoteurs de « l'usage contrôlé » de la fibre cancérigène s'en sortent libres et en bonne santé dans deux dossiers emblématiques (celui du campus parisien de Jussieu et des chantiers navals de Normed Dunkerque). La chambre d'instruction considère que les hauts fonctionnaires aux services des industriels n'avaient pas le pouvoir d'ordonner une autre politique, mais ils avaient bel et bien, selon un rapport sénatorial, la possibilité de retarder l’interdiction de l’amiante dans nos lieux de travail, et dans l’automobile, on en sait quelque chose ! Une véritable justice de classe !

(18/9/2017)     (905 signes)

111 - Comment l’État se prépare ?

Le gouvernement vient de passer cet été une commande pour 22 millions d’euros de « grenades de maintien de l’ordre et moyens de propulsions à retard ». Avec ces armes de guerres et le passage en force des attaques du code du travail, il se prépare manifestement à de fortes mobilisations à la rentrée !

L'argent économisé sur le dos des travailleurs (par l'intensification de l'exploitation, la suppression massive des contrats aidés et la baisse des APL, ...) a pour but non seulement d’enrichir par le fruit de notre travail le grand patronat, mais aussi d’équiper les forces policières pour mater toute contestation sociale. Préparons-nous à la riposte en usant de l'arme des travailleurs : la grève.

(18/9/2017)     (729 signes)

110 - Vous avez dit fainEant ?

Définition :pour Macron un fainéant est quelqu'un qui n'accepte pas de travailler de façon plus flexible, plus intense, sans être payé plus, ce qui empêche les patrons de faire plus de profit. C'est quelqu'un qui n'acceptera pas de travailler plus longtemps avec le recul de l'âge de la retraite mais avec moins de pension.

Et un extrémiste, quelqu'un qui se met en grève et qui descend dans la rue, parce qu’il n'accepte pas que le code du travail soit mis au service de la compétitivité des entreprises et non de la limitation du pouvoir des patrons, comme c'est sa fonction d'origine. 

L’extrémiste refuse de croire que faciliter les licenciements va renforcer l'embauche.

Face à ces mesures et bien d'autres en préparation, il va falloir réagir, se retrousser les manches, et montrer notre "extrémisme" par de vraies grèves qui bloquent la production et donc leurs chers profits. Et sans doute parce que les autres tactiques ont échoué en occupant nos usines et nos lieux de travail, comme en 1936 et 1968, car ce qui fait le plus peur aux patrons, c'est de perdre le contrôle de leurs chères usines.

(13/9/2017)     (1126 signes)

109 - Immunité patronale

Une des ordonnances Macron permettrait de réaliser un vieux rêve patronal : licencier sans motif. En effet, «oublier» d'écrire le motif du licenciement dans le courrier envoyé au salarié ne sera plus une cause de nullité : le patron pourra donner le motif après coup, devant le juge.

Après l'immunité parlementaire, voici l'immunité patronale. Entre amis, on sait se serrer les coudes… Une telle loi dictée par le MEDEF, ça ne mérite qu'une chose : retrouver, dans les poubelles de l'Histoire, le CPE de 2006 ou la réforme Juppé de 1995 ! À nous de l’y mettre.

(11/9/2017)     (578 signes)

108 - Cheminots, travailleurs du privé et du public :

même Macron, même combat !

Nouveau scoop de la semaine dernière : Macron envisagerait que l’État reprenne les 40 milliards de dette de la SNCF en échange de la suppression du régime spécial de retraite des cheminots. Mais cette « dette » n’est pas celle des cheminots. C’est le résultat d’une politique de l’État qui vise à se servir de la SNCF comme d’une vache à lait pour les intérêts privés.

Aux patrons ils font crédit, et aux travailleurs ils piquent des sous et du temps de retraite. Et ils appellent ça du donnant-donnant ! Manière aussi de stigmatiser les prétendus privilégiés des régimes spéciaux pour diviser les travailleurs. Mais nous sommes tous frappés par la loi Travail XXL et c’est tous ensemble que nous devrons l’empêcher

(11/9/2017)     (787 signes)

107 - Chez  Hyundaï, 6 000 intérimaires intégrés aux effectifs !

Il n'y a pas qu'en France que les constructeurs automobiles recourent massivement  à l'intérim. En Corée, c'est aussi une pratique courante, en particulier dans les usines de la marque la plus importante du pays Hyundaï.

Des milliers de travailleurs en sous-traitance y sont employés sur les chaînes de production  aux côtés de salariés réguliers. Ils travaillent  pour un salaire de moitié inférieur, sans prestations sociales et sans sécurité d'emploi. 

Là bas, les salariés et leur syndicat  ont mené dix ans de luttes, de grèves pour enfin obtenir que 6 000 intérimaires soient  intégrés aux effectifs Hyundaï avec les mêmes contrats de travail et les mêmes salaires.

Oui précarité, intérim et sous traitance sont utilisés pour  nous diviser et nous affaiblir.  Hyundaï est un exemple dont on pourrait s'inspirer. ! Macron avec ses ordonnances démantelant le code du travail est vraiment un réactionnaire attardé !

(11/9/2017)     (976 signes)

106 - Tous fraudeurs pour nous enfumer !

Après Volkswagen, Renault, Fiat, au tour de PSA d'être pris la main dans le sac des fraudes à la pollution des moteurs diesel.

Les accusations de la Direction des fraudes, rendues publiques par le journal Le Monde, sont énormes : 2 millions de voitures PSA « ont disposé de moteurs fonctionnant selon des stratégies frauduleuses ». Cela peut valoir jusqu'à cinq milliards d'euros d'amendes. Ceux qui comme Jean-Luc Mélenchon avaient dénoncé la seule industrie allemande  en sont aujourd'hui pour leurs frais. I

Non à l'union sacrée avec les firmes automobiles ! Elles font toutes pareil pour en  en même temps  bloquer les salaires et supprimer des emplois.

Si les salariéEs de l'automobile doivent refuser de payer un seul euro des amendes auxquelles se sont exposées leurs directions, ils doivent, aux côtés de la population, condamner les pratiques de leurs patrons et de leurs encadrements qui ont choisi en toute connaissance des conséquences, des solutions polluantes qui nous enfument, toutes et tous.

(11/9/2017)     (1042 signes)

105 - Contre la folie atomique

Pour le désarmement généralisé

On a assisté cet été à une escalade de déclarations guerrières entre les USA et la Corée du Nord. L’impérialisme américain n’a jamais accepté d’avoir dû en 1953 signer un armistice qui consacrait l’existence d’une Corée du Nord « communiste ». Celle-ci en paie encore aujourd’hui le prix. Les représailles et l’embargo qu’elle subit depuis tant d’années en font une citadelle assiégée. Ce qui permet en retour au régime coréen – une vraie dictature qui ose encore se dire « communiste » - de faire accepter à son peuple les sacrifices nécessaires au financement de son armée et de son programme nucléaire. La maîtrise de l’arme atomique lui permet aujourd’hui de défier les USA dont le président prend une posture guerrière lourde de menaces. Depuis Hiroshima et Nagasaki en 1945  l’horreur nucléaire plane sur l’humanité. Mais comment les grandes puissances nucléaires, dont la France, pourraient-elles convaincre d’autres Etats de renoncer à l’arme nucléaire si elles n’acceptent pas elles même de s’en débarrasser ?

(5/9/2017)     (1073 signes)

104 - « On ne fait pas d’omelette sans casser des oeufs » disent les capitalistes

La fraude au fipronil, cet insecticide strictement interdit dans la chaîne alimentaire, qui a été utilisé pour désinfecter des élevages de poules pondeuses, remonte à septembre 2016 : depuis un an, 34 pays consomment donc des produits contaminés.

Depuis le début du scandale, les autorités sanitaires cherchent à minimiser les dangers en affirmant au départ que la France n’est pas concernée et en arguant que l’Organisation mondiale de la Santé classe cet insecticide comme « modérément toxique ».

Ouf ! En fait, l’opacité de l’industrie agroalimentaire fait que pour la plupart des produits, on ne sait pas le degré de contamination, surtout quand il s’agit de poudre d’œufs, utilisée pour être transformée.

Les profits des capitalistes font très rarement bon ménage avec notre santé, changeons de recette !

(5/9/2017)     (891 signes)

103 - Etat d’urgence : fausse sortie, vrai danger

Pour Macron et la classe capitaliste qu’il sert, l’Etat d’urgence n’a certes pas mis fin aux actes terroristes, mais il a permis depuis 2015 : d’interdire des manifestations ;  de perquisitionner des milliers de personnes ; de priver de liberté ( assignation à résidence) des centaines de citoyens mobilisés sur des causes écologiques ( COP 21) ou syndicales ( loi El Khomri). Aujourd’hui Macron anticipe la colère que va susciter sa politique antisociale et veut les moyens  de mater une éventuelle contestation d’ampleur. D’où  une nouvelle loi en préparation pour inscrire dans la durée les outils d’un Etat d’urgence soi-disant « momentané ». Des mesures qui viseraient – sous prétexte d’action « préventive » contre le risque terroriste, toute personne ( dit le projet de loi) « dont il existe des raisons de penser que son comportement constitue une menace pour l’ordre public ». Avec des formulations si vagues, le pouvoir peut viser qui il veut. Partout, assurons le succès des mobilisations contre cet arbitraire généralisé.

 (5/9/2017)     (1077 signes)

102 - GM&S : Les donneurs d'ordre sont les véritables patrons des sous-traitants

Lundi 4 septembre,  le tribunal de commerce de Poitiers a encore reporté sa décision concernant l'avenir de GM&S, une usine de la Creuse sous traitante de PSA et Renault, celle que les ouvriers menaçaient de faire sauter au mois de mai. La dernière   proposition de reprise  veut supprimer la moitié des emplois de l'usine.

Les GM&S sont devenus emblématiques de la crise qui frappe les sous-traitants automobiles. La chute des commandes signifiait l’asphyxie de l’usine,  Sans la résistance des ouvrierEs, la fin de l’usine était programmée.  Les ouvriers de l’usine GM&S  ont justement dénoncé les responsabilités des deux firmes automobiles,

Alors qu’il est possible de requalifier un travail individuel en contrat de travail dès lors que la subordination au donneur d’ordre est démontré, c’est bien l’intégration des salariéEs de ces sous-traitants dans les effectifs des entreprises donneurs d’ordre qu’il faut exiger avec les mêmes droits et les mêmes salaires pour touTEs.

(4/9/2017)     (1052 signes)

101 - Les patrons de l'automobile hors la loi ?
Le dieselgate, cette triche des constructeurs automobiles, n’en finit pas d'être une leçon de choses sur les pratiques des grandes firmes. Dernière révélation d'été : en Allemagne tous les constructeurs se sont mis en douce d'accord depuis des années pour contourner les règlements anti pollution.

Un journal économique, qui ne se prétend même pas anticapitaliste a pu écrire au mois d'août sans craindre d'être démenti : « l’organisation de ces fraudes à grande échelle montre que le fait de jouer avec les règles est devenu la norme chez ces constructeurs. Elle révèle également un certain sentiment d’impunité chez les dirigeants et les cadres de ces grandes entreprises. »

Renault et PSA sont dans le même bateau et participent aux mêmes lobbies pour défendre leurs intérêts et leur pognon au mépris de la loi, de notre santé et de nos droits. Ils n'arrêtent pas de nous obliger à respecter tous leurs ordres alors que eux s'assoient sur les règlements  dès que cela les gêne.

(4/9/2017)     (1019 signes)

100 - Une ministre du travail à 1 million d’euros la journée

Muriel Pénicaud a réalisé en 2013 une plus-value de 1,13 million d’euros sur ses stock-options en tant que dirigeante de Danone, profitant de la flambée en Bourse qui a suivi l’annonce de 900 suppressions d’emplois du groupe en Europe.

L’information fait tache sur le CV de la ministre du Travail, au moment où celle-ci défend mordicus au Sénat l’idée que faciliter les licenciements sera in fine bénéfique à l’emploi et donc aux salariés. Quelle honte ! ceux-là même dit de « la société civile » qui prétendent nous gouverner …

(28/8/2017)     (581 signes)

99 - Il faudra bien que ça s’arrête

Le suspens est terminé, le patron de LVMH Bernard Arnault a repris la première place du classement des 500 plus grandes fortunes professionnelles de Challenges, avec 46,9 milliards d’euros. Liliane Bétencourt, héritière de L’Oréal, n’atteint « que » 35,8 milliards et la deuxième place. D’après le journal, les 500 Français les plus fortunés possèdent 571 milliards, sept fois plus qu’il y a dix ans. La fortune des 10 plus grandes fortunes a augmenté de 35% par rapport à l’année dernière… et a été multiplié par douze en dix ans.

Il faudrait donc 3,4 millions d’années à un smicard pour amasser la fortune d’Arnault… sans rien dépenser bien sûr ! Un telle fortune ne peut être construite que sur le vol. Il s’agit du vol des fruits de la production réalisée par des millions de travailleurs et travailleuses.

Il est temps d’en finir avec cette société : en France, une personne sur sept vit sous le seuil de pauvreté, tandis que d’autres se gavent de profits !

(30/6/2017)     (990 signes)

98 - TRAQUE DES MIGRANTS : SOUS MACRON, L’INDIGNITÉ PERDURE

« Nous devons accueillir des réfugiés, car c’est notre tradition et notre honneur », osait affirmer Macron, vendredi dernier à Bruxelles. Pendant ce temps, c’est l’enfer que vivent quelque 500 à 600 migrants à Calais, privations de nourriture et d’eau, absence d’abris, sévices infligés par la police qui les réveille en pleine nuit à coups de pied, vaporise leurs couvertures de gaz lacrymogène pour les rendre inutilisables, les empêchant de se poser et de dormir. À Paris, c’est un gazage et tabassage en règle des migrants laissés en rade à la porte des centres d’hébergement.

Partout, les associations d’aide aux migrants sont harcelées par les forces de l’ordre qui les contrôlent et interviennent violemment lors des distributions d’eau ou de repas. Même Jacques Toubon, « défenseur des droits », a du dénoncer des « atteintes aux droits fondamentaux […] d’une exceptionnelle et inédite gravité ».

Il y a urgence à mener le combat pour une véritable politique d’accueil des réfugiés qui passe par l’ouverture des frontières et la liberté de circulation et d’installation.

(27/6/2017)     (1130 signes)

97bis - REPRESSION EN TURQUIE, RENAULT SUR LISTE NOIRE

Suite aux violations répétées des droits des travailleurs à l’usine Renault-Bursa (Turquie), la banque suédoise SEB vient d’inscrire Renault sur liste noire. Depuis février 2016, en violation des normes de l’Organisation Internationale du Travail, 76 personnes ont été licenciées. Et 600 autres ont été contraintes à démissionner avec indemnités, notamment après avoir été intimidées à leur domicile ou à leur poste de travail. Les méthodes brutales de Renault pour exploiter à fond ses salariés indisposent même les banques.

(27/6/2017)     (571 signes)

97 - RÉPRESSION EN TURQUIE : RENAULT SUR LISTE NOIRE

En réponse à la répression pratiquée par Renault, en février 2016, au sein de son usine à Bursa en Turquie et au non respect de ses engagements envers le droit du travail, l’importante banque suédoise SEB a placé le constructeur sur «liste noire».

En 2016, la direction de l’usine avait annulé le vote qui devait élire une représentation des travailleurs, sous prétexte de pressions de la part du Ministère turc du Travail et de la Sécurité sociale. Le jour prévu pour les élections, Renault avait mis à pied 10 travailleurs, dont 2 porte-paroles. Et pour réprimer la grève qui en avait résulté, la direction n’avait pas hésité à faire intervenir la police, qui avait matraqué et gazé les manifestants devant l’usine, procédant même à des interpellations et intimidations des travailleurs à leur domicile. La direction de l’usine avait ensuite licencié 76 travailleurs, priant environ 600 autres de s’en aller, moyennant un plan de départ avec indemnités.

Preuve que Renault se moque comme d’un guigne de son « accord cadre mondial » sur le respect des droits sociaux fondamentaux signé en 2013 !

(27/6/2017)     (1140 signes)

96 - GM&S : RENAULT ET PSA LIQUIDENT 277 EMPLOIS

Le tribunal de commerce de Poitiers rendra sa décision demain sur la liquidation de l’équipementier GM&S. A ce jour, l’offre de reprise de GMD est bidon. « Le ministère continue à se foutre de notre gueule et les constructeurs aussi » concluent les représentants des 277 salariés. Renault et PSA, donneurs d’ordre de GM&S, ont consenti à garantir 25 millions d’euros de commandes. Un million de moins que le super bonus des 6 principaux dirigeants de l’Alliance…

Exproprier les constructeurs et intégrer les sous-traitants et équipementiers au sein d’un pôle public automobile, géré par les salarié(e)s et non par les capitalistes, voilà qui permettrait de produire pour les usagers et préserver les emplois. 

(27/6/2017)     (753 signes)

95 - Halte à la répression Chez PSA !
Le secrétaire général du syndicat CGT PSA de l'usine de Poissy, Farid Borsali, a été traîné devant les tribunaux par PSA. Le dossier est vide. La direction de l'usine de Poissy n'a évidemment rien à lui reprocher, son seul  tord : faire son travail de militant en dénonçant les manquements à la sécurité dans l'usine.

Mais face à cette répression syndicale, la solidarité répond présent.. Vendredi 23 juin, plus de 200 personnes se sont rassemblées devant le palais de justice de Versailles, avec des délégations de toutes les usines PSA, mais aussi de Renault et d’autres entreprises. Le jugement doit être rendu le 7 juillet.
Ce « coup tordu » est  une tentative d'intimidation de plus. Le groupe PSA, comme il l'a toujours fait, utilise la répression pour tenter de faire rentrer dans le rang ceux qui se battent contre les bas salaires, les surcharges de travail, les manquements à la sécurité. C'est une nouvelle tentative du patronat de criminaliser l'action syndicale, et c'est inacceptable. Relaxe pour ce militant syndical en butte à la répression de PSA Il doit avoir tout notre soutien
(26/6/2017)     (1128 signes)

94 - Michelin  veut supprimer 1500 emplois en France
La restructuration est mondiale à la mesure de la taille du  premier fabricant de pneumatiques dans le monde. Et pourtant Michelin   a réalisé plus de 1,6 milliard d’euros de profits en 2016 sur un chiffre d’affaires de presque 21 milliards. La rentabilité a atteint un record avec une marge opérationnelle de 12,9%.  Aucune hésitation : Michelin va plus que bien et les mesures annoncées visent à faire encore plus de profits !

Michelin a bien choisi son moment pour annoncer son plan de suppression d'emplois préparé depuis plusieurs mois : pile après les élections et le pouvoir de Macron installé au service des firmes capitalistes. Le groupe Michelin veut maintenant aller très vite  pour la signature d'un accord fin novembre avec les syndicats qui accepteront ce jeu de dupes.
Il y mieux et plus urgent à faire qu'à se perdre dans ces négo inutiles. C'est bien la riposte qu'il faut préparer pendant cet été pourri où Macron va préparer ses ordonnances contre le code du travail.
(26/6/2017)     (1033 signes)

93 - Le faux employeur de Pénélope Fillon propose la vraie grosse  rémunération de Carlos Ghosn
Devant le tollé général le superbonus préparé pour Carlos Ghson ne sera pas appliqué, en tout cas pas tout de suite. Le PDG multicartes de Renault se contentera de quinze millions d'euros par an, dont pour le seul tiers temps Renault 7,2 millions d'euros. C'est bien sûr le PDG qui décide pour lui tout seul mais il lui faut s'abriter derrière un « comité de rémunération ». La surprise du chef : parmi les 5 membres de ce comité soi disant indépendant, il y a le banquier d'affaires Marc Ladreit de Lacharrière, celui là même inculpé d'abus de biens sociaux pour les 630 000 euros versés à...Pénélope Fillon à ne rien faire. Bref un « expert » en rémunération correspondant à un travail non accompli. Ghosn sait choisir ses affidés dans ce monde où ils se tiennent tous ! Un monde de complicités à renverser !
(19/6/2017)     (900 signes)

92 - Renault : Près d'un milliard d'euros de dividendes pour les actionnaires
Après avoir accepté  la rémunération de Carlos Ghson, encore plus fort, l'assemblée des actionnaires a entériné, avec le concours des représentants de l'État,  le versement de près d'un milliard d'euros aux actionnaires. Ce total correspond au dividende de 3,15 euros par action, ce qui est gagné en ne foutant rien par les rentiers  et les financiers  Comparé aux 2,40 euros versés en 2016, la hausse est de 30 % alors que les salaires sont bloqués chez Renault depuis des années. Il faut remonter à 2008 pour connaître un dividende supérieur, 3,8 euros par actions. C'était pile avant la crise qui allait créer la violente récession  de cette industrie.  Aveugles aux crises qu'ils nourrissent par leur avidité de profit, ils préfèrent  installer sur les voitures les dispositifs antipollution les moins chers et les moins efficaces. Assez du blocage de nos salaires et de leur enrichissement  sur notre travail !
(19/6/2017)     (987 signes)

91 - Communiqué de Droit Au Logement (DAL) :

Incendie meurtrier à LONDRES :

c’est toujours les mêmes qui meurent dans les incendies !

Droit Au Logement, syndicat de mal logés, de sans logis et de locataires en France, fait part de sa tristesse, de sa solidarité et de sa colère après l’incendie meurtrier qui a fait des dizaines de victimes.

Tristesse car le bilan est tragique, et une fois de plus les locataires modestes sont les premières victimes dans cet incendie,

Solidarité car les sinistrés survivants d’incendies meurtriers en France ont toujours dû se battre pour obtenir un relogement décent, un procès équitable et une juste indemnisation.

Colère car les locataires de cet immeuble de logements sociaux avaient prévenus en vain les autorités des dangers d’incendie suite à une réhabilitation de la façade à l’économie, et l’emploi de matériaux inflammables. Justice doit être rendue !
Droit au logement demande la justice et la vérité sur cet incendie, un procès équitable, le relogement de tous les sinistrés.

(16/6/2017)     (1010 signes)

 

 

90 – Renault-Nissan, Des millions d'euros de bonus cachés : c'est qui les voyous !
Selon l’Agence Reuters de mardi, les banquiers de l'alliance Renault Nissan préparent le versement camouflé de plusieurs millions d'euros de bonus supplémentaires à une poignée  de dirigeants autour de Carlos Ghosn le premier à se  sucrer avec se système : 26 millions d'euros entre 6 dirigeants ! Ni vu, ni connu : cela ne devrait pas apparaître dans les comptes.
Le montage révélé vise à détourner le fric d'une société crée aux Pays Bas dont les capitaux  proviennent des  économies – c'est à dire les restructurations – dégagées par l’Alliance entre Renault, Nissan et Mitsibushi.
Aucun démenti public de Renault, alors que toute la presse économique parle de ce plan fondé sur un détournement de capital à l'insu  des autres actionnaires et des salariés.
La « moralisation » ne s'arrête pas aux portes du bureau de Carlos Ghosn. Il est temps d'en finir avec leur secret qui couvre leurs magouilles toujours plus juteuses.  Assez de leur impunité !  Assez du blocage de nos salaires alors qu'ils s'enrichissent de notre travail !
(13/6/2017)     (1111 signes)

89 - Un état d'urgence permanent pour faire taire nos colères.
Sous prétexte de lute « contre le terrorisme » le gouvernement de François Hollande a proclamé l’État d'urgence en 2015, prolonger cinq fois jusqu'en juillet.
Le gouvernement d'Édouard Philippe veut rendre cet « état d'exception » permanent ! quasiment toutes les mesures de l’état d’urgence pourraient se retrouver dans le droit commun . Ainsi la police peut sans l'autorisation du pouvoir judiciaire, interdire les réunions considérées comme de nature à provoquer ou à entretenir le désordre. Le ministre et ses préfets peuvent placer une personne suspecte sous bracelet électronique et bien sûr interdire une manifestation.
Le gouvernement légalise un genre de guerre intérieure permanente contre tous ceux, militants écologiques, syndicalistes, politiques, qui veulent user de leur droit de manifester contre la politique du gouvernement. Sous prétexte de sécurité, toute mobilisation sur la voie publique est interdite. (13/6/2017)     (982 signes)

88 - Brexit  ou pas, la bonne question n’est pas celle-là !
Brexit « dur » ou pas : le débat agite le milieu politicien en Grande Bretagne.  Alors que pour les salariés et les classes populaires, en Grande Bretagne comme ailleurs en Europe, le vrai problème c’est l’emploi, les salaires, la santé, les services publics, les inégalités …
Un gouvernement qui voudrait prendre le mal à la racine devrait prendre des mesures qui s’attaquent effectivement au pouvoir des capitalistes et de la finance, à celui des actionnaires qui jouent avec nos vies pour grossir leurs dividendes.
Une telle politique serait évidemment impossible dans le cadre actuel des institutions européennes. L’affrontement  nécessaire, voire le divorce, aurait alors pour but de préserver des avancées sociales. Ce n’est pas le cas de figure actuel en Angleterre.  Avant le Brexit, c’est déjà l’austérité, après le Brexit, ils continueront de demander des sacrifices à la population au nom de la compétitivité de l’économie. La bonne question est de savoir comment sortir d’une austérité qui ne sert que les intérêts des capitalistes.
(13/6/2017)     (1099 signes)

87 - Arabie Saoudite – Qatar, Brouille entre monarchies réactionnaires
Enrôlés par l’Arabie saoudite, l’Egypte, les Emirats arabes unis et le Barhein viennent de rompre leurs relations avec le Qatar, supposé encourager le terrorisme.
Comme si l’Arabie Saoudite n’était pas le berceau de la famille Ben Laden et Al QaÏda, et ne finançait pas plus ou moins officiellement des islamistes anti-Assad en Syrie . Le Qatar en finance d’autres, comme les Frères Musulmans. Mais ceux-là ont été classés « terroristes » par l’Arabie Saoudite après des années de collaboration.
Une Arabie Saoudite qui ne veut pas voir contestée hégémonie régionale par un petit Qatar dont l’influence repose sur d’immenses revenus gaziers. Sans compter que l’immense gisement gazier du Golfe Persique est exploité de manière partagée et sans contentieux notable par le Qatar et l’Iran, ennemi principal de l’Arabie.
Les USA et d’autres pays comme la France sont gênés aux entournures par la brouille actuelle : les deux camps , bien qu’aussi réactionnaires l’un que l’autre, sont des alliés et des clients précieux qui achètent par milliards leurs matériels militaires.
(13/6/2017)     (1135 signes)

86 - Soutien au mouvement du peuple marocain 
Au Maroc, depuis 7 mois, le peuple du Rif dans le Nord du pays mène une lutte ininterrompue pour de véritables services publics, la construction d’hôpitaux et de dispensaires de santé, des infrastructures scolaires et universitaires, l’arrêt de la corruption et des mafias, la fin de la militarisation répressive du pays.
Des comités de base structurent dans toutes les localités le mouvement populaire. Il s’agit d’un véritable mouvement de masse qui n’a cessé de s'étendre. Le succès de la journée du 18 mai, où on  a vu affluer des dizaines de milliers de personnes bravant les barrages militaires avec une grève générale totale, a montré que le mouvement était loin de refluer. Depuis, la lutte n’a cessé de s’étendre et de gagner diverses villes du pays.
Comme en Tunisie, une résistance sociale se lève. C'est un espoir pour tous !  Ici la presse fait le silence sur ces mouvements de masse. Et les gouvernements français successifs continuent de faire amis-amis avec le roi du Maroc comme avec les autres despotes de la région.
(12/6/2017)     (1074 signes)

85 - La liberté de Macron est  celle des maîtres chanteurs !
Dans chaque établissement, chaque patron ou responsable  décide et commande les salariés qui lui « sont subordonnés ».
Les  conventions collectives nationales et de branches   ont été gagnées  par des grèves depuis des décennies. Les patrons ont toujours bloqué des quatre fers ! Le but des ordonnances Macron  pour la fin de l'été, c'est un grand retour en arrière avec  des règles  usine par usine au bon vouloir patronal !
Ainsi le  gouvernement voudrait laisser la possibilité à l’employeur d’organiser des référendums, sans  plus avoir  besoin d'obtenir l'avis d'un seul syndicat.
On connaît dans l'automobile. A l’usine de Smart Hambach qui appartient au groupe Mercedes, le référendum organisé par la direction avait pour but de faire accepter de travailler 39 heures payées 37, sous la menace d’un déplacement de l’usine en Slovénie. Pour faire travailler plus en gagnant moins, ils ont utilisé le chantage !
Oui, il y a urgence  à la riposte d'ensemble !
(12/6/2017)     (1019 signes)

84 - Macron se fout de leur gueule !
Après avoir piégé leur usine avec des bouteilles de gaz, les ouvriers de GM&S Industry avaient interrompu leur occupation, ayant obtenu un sursis avant une mise en liquidation judiciaire.
Aucune offre de reprise n'a été déposée le 7 juin. « Le résultat, c'est qu'il y a zéro offre, donc on se fout de notre gueule » a dénoncé la CGT de l'usine.
L'intersyndicale a  interpellé Macron, présent dans la région juste avant les élections. En plus des délégués reçus,  les ouvriers avaient aussi fait le déplacement.  Peu d'images dans les journaux télévisés, mais il  y a été copieusement hué par les ouvriers de GM&S et une partie de la population.
Je ne suis pas le père Noël a expliqué Macron. Et  il laisse faire Renault et PSA qui n'ont en rien augmenté leurs commandes. Devant la faiblesse des propositions du Ministère, ils ont décidé à nouveau le blocage de l’usine ce mardi 13 juin.
Pour gagner et continuer à leur faire peur, rien ne remplace la mobilisation et notre soutien maximum à ceux et celles qui luttent pour leur emploi !
(13/6/2017)     (1059 signes)

83 - Plafonner les indemnités de licenciements par les prud'hommes :
La loi El Khomri avait déjà tenté de le faire mais le gouvernement précédent avait dû lâcher du lest face à la mobilisation.
Aujourd’hui, ce sont les juges prud’homaux qui décident du montant des indemnités en cas de licenciement abusif en prenant en compte l’âge, l’ancienneté de l’ex-salarié mais également la composition familiale, la difficulté à retrouver un travail dans le secteur et les circonstances du licenciement.
Un licenciement abusif, c'est dire le viol  de la loi, des conventions collectives ou des accords d'entreprise. En exigeant depuis toujours le plafonnement des indemnités de licenciement, Les patrons veulent les faire baisser et savoir combien ça coûte pour  les intégrer dans leurs calculs de rentabilité.
Pourquoi se gêner ! Par de telles mesures le gouvernement va favoriser ces licenciement abusifs, c'est à dire  le  viol de la loi par les patrons. Autant l savoir e refuser tout compromis sur cette question !
(12/6/2017)     (1003 signes)

82 - Renault et PSA connaissent la route des paradis fiscaux
Mediapart et d'autres ont eu accès aux documents bancaires de l'Ile de Malte. Grâce à cela, on sait que Renault a économisé 62 millions d’euros d’impôts en quatre ans en localisant ses activités d’assurances à Malte. Et pour PSA ce sont 57 millions en cinq ans. La somme ne cesse de gonfler, année après année.
C'est là qu'ils domicilié des sièges de leurs compagnies d'assurance, aradis fiscaux au sein même de l'Union Européenne oblige !
Ainsi, les deux sociétés d’assurances maltaises de Renault, ont réalisé en 2015 un profit cumulé avant impôts de 86 millions d’euros avec seulement 17 salariés, dont un seul chez RCI Assurance qui explose tous les ratios de productivité financière.
Ces magouilles, pardon ces mesures d'optimisations fiscale, sont légales. Cela a déjà servi pour justifier les émissions hors normes des moteurs diesel. Et comme l'Etat est actionnaire de PSA et Renault il ne peut être qu'au courant de ces manœuvres pour  se soustraire à l'impôt. Il se tiennent tous !
L'ouverture des livres de compte et des documents classés secret industriel serait une mesure de salubrité publique

(3/6/2017)     (1159 signes)

81 - Tout se monnaye chez VW, même la vérité !
Les chefs de Volkswagen commençaient à en avoir assez de devoir rendre des comptes pour l’affaire du Dieselgate de septembre 2015... Alors ils ont trouvé la
solution : acheter le silence ! L’entreprise a refusé de communiquer aux actionnaires l’énorme rapport d’enquête qui relate les dessous du scandale et ne sera pas rendu public. Ils n’auront pas le plaisir de découvrir la responsabilité des hauts cadres ou les techniques de trucage des émissions polluantes…
Mais la direction de VW est sympa. Elle va faire un petit geste pour eux : en échange de ce petit secret, elle a promis d’offrir un dividende exceptionnel de 2€ par action, pour un total de 590 millions d’euros, contre 11 cts l’an dernier !
Quelles que soient leurs magouilles, qu’ils soient au courant ou pas, dans ce système, les capitalistes gagnent à tous les coups… jusqu’à ce qu’on se décide enfin à mettre le nez dans leurs affaires !
(1/6/2017)     (932 signes)

80 - MACRON-POUTINE : COMME AU THÉÂTRE, CHACUN DANS SON RÔLE
Plus de 200 ans après la Révolution française, le château de Versailles pour accueillir Poutine : tout un symbole ! On pourrait en rire si Versailles n'était pas le lieu le plus symbolique de la toute puissance des rois contre les peuples, mais aussi de la réaction sanglante de la bourgeoisie contre la Commune de Paris, en 1871, cette première révolution prolétarienne au monde.
En invitant Poutine, Macron lui a offert l’occasion de sortir du rôle de chef d’Etat infréquentable. En acceptant l’invitation, Poutine aide Macron à se construire un statut sur la scène internationale. Les deux sont d’accord pour mettre au premier plan des priorités la lutte contre le terrorisme international.
Malgré le bilan désastreux de ce qui a été fait à ce sujet en Afghanistan, au Moyen Orient ou en Libye. La question des droits de l’homme a bien été mise sur la table par Macron. En réponse, Poutine a assuré vouloir faire toute la lumière sur le traitement réservé aux homosexuels en Tchétchénie. Macron, bon prince, feint d’y croire. Fermez le rideau.
(1/6/2017)     (1080 signes)

79 - LA RETRAITE DE NABAB DE FRANÇOIS HOLLANDE
Le 14 mai dernier, c’est tout sourire que François Hollande a passé le témoin à Macron, son ancien protégé. Pour lui, pas d’angoisse du lendemain, à la différence des salariés virés de leur entreprise.
En effet, l’ex-chef de l’état profitera d’une retraite globale de 15 100 € net mensuels. En travaillant dans le privé, il aurait fallu qu’il gagne un salaire brut mensuel de 29 420 € pendant 25 ans pour obtenir une telle pension. Mais comme d’autres «professionnels » de la politique, pour en bénéficier, Hollande n’aura jamais rien fait d’autre que de la politique aux frais des contribuables.
Ce qui ne l’a pas empêché, en 2013, de promouvoir contre ceux et celles qui vivent de leur travail une réforme des retraites portant à 43 ans la durée de cotisation pour bénéficier d’une retraite à taux plein, avec des montants bien éloignés de sa pension mirobolante.
(1/6/2017)     (888 signes)

78 - LE BUSINESS AU NOM DE LA LUTTE ANITERRORISTE
« Nous ne sommes pas ici pour donner des leçons, nous ne sommes pas ici pour dire aux autres comment vivre », a affirmé Trump lors de sa visite en Arabie saoudite. Pour parler des droits de l’homme bafoués, de l’ignoble oppression des femmes ou de la sale guerre au Yémen (à laquelle les États-Unis participent), ce n’était en effet pas le jour.
La visite concluait plusieurs affaires pour un total de 380 milliards de dollars, dont 110 de vente d’armes. Mais c’est pour la bonne cause : la lutte contre les terroristes et la puissance qui les « finance, arme et entraîne », l’Iran. Comme si le régime saoudien n’avait jamais financé, armé et entraîné Daech ou Al-Qaïda !
(1/6/2017)     (700 signes)

77 bis - GM&S en sursis, Renault et Peugeot dédouanés ?
Un petit délai a été accordé par le tribunal pour étudier une nouvelle offre de reprise. Depuis 15 ans, le même scenario. Les repreneurs se succèdent. Ils empochent les aides publiques, investissent le moins possible. Et une fois pompée la trésorerie, ils laissent s’accumuler les dettes avant de quitter le navire en perdition.
Des méthodes qui devraient conduire à la confiscation de leur fortune. Mais qui ne doivent pas faire oublier qu’en toile de fond, il y le chantage à peine voilé du retrait des commandes des donneurs d’ordre, Renault et Peugeot, qui exigent toujours plus de leurs sous-traitants.
Une machine à broyer la vie des salariés au profit des actionnaires des firmes automobiles. Largement de quoi justifier l’interdiction de toute suppression d’emploi chez GM et S. Et d’exiger que les principaux responsables, les actionnaires de Renault et Peugeot, soient contraints d’assumer juridiquement et financièrement le financement de cet objectif.
(30/5/2017)     (1008 signes)

77 - Quand une usine piégée avec des bonbonnes de gaz donne peur au gouvernement !
Chez GM&S, dans la Creuse, 277 travailleurs s'y battent pour maintenir l’activité de l’usine face à la rapacité des grandes firmes de l’automobile que sont Renault et PSA, leurs principaux donneurs d’ordre. Depuis 6 mois, ils multiplient les manifestations, les sit-in devant des usines Renault et PSA.
Le 11 mai, avec leurs syndicats, les ouvriers ont occupé l'usine. Ça va péter : ils ont enfin réussi à se faire entendre. Renault et PSA ont un peu augmenté leurs commandes, et des repreneurs se sont manifestés, le nouveau ministre de droite Lemaire les a reçus. Des manifestations de plusieurs milliers ont été organisées aux portes de l'usine. Et un court sursis a été obtenu jusqu'à la fin juin.
La peur était manifestement passée du côté du gouvernement et des patrons. Rien n'est définitivement réglé mais les travailleurs sont plus forts et sont prêts à recommencer pour le maintien de tous leurs emplois. Pour qu'ils gagnent le soutien de tous est indispensable !

(30/5/2017)     (1048 signes)

76 - Le Pen invitée surprise entre Poutine et Macron
La première réception d'un chef d'état étranger par Macron a eu lieu au château de Versailles pour Poutine. Une conférence de presse commune dans la Galerie des Batailles, un décor de monarchie fanée : on pourrait se moquer si Versailles n'était le lieu le plus symbolique de la toute puissance des rois contre les peuples et aussi de la réaction de la bourgeoisie contre la Commune de Paris
Tout à fait en phase avec l'histoire de ce lieu  de réaction, Poutine a déclaré  « L'opinion de Marine Le Pen sur l'identité des peuples européens n'est pas dénuée de fondements. Elle a toujours œuvré pour les relations entre nos deux pays »
Macron et Poutine ont parlé partage du monde ménageant les intérêts des grandes puissances. Plus d'envolées sur les droits de l'homme ; place au business et à la diplomatie cynique.
Ils ont choisi d'être versaillais. A nous de lever le drapeau de la solidarité entre les peuples contre les mêmes oppresseurs !
(30/5/2017)     (988 signes)

75 - Les candidats Macron en marche pour leurs privilèges !
En Marche, le parti de Macron se vante de faire du nouveau. Il  fonctionne  comme une entreprise avec son patron et son DRH. Pas de votes dans des instances locales pour choisir les candidats aux élections. Il fallait envoyer son CV à une commission de candidatures présidée par un ancien ministre de Chirac.  Que du neuf !
Plus des deux tiers des candidats en Marche sont « bac+5 » alors qu'ils ne représentent que 9 % de la population. 25 candidats dirigent des entreprises plus ou moins grandes. A l’inverse, les employés et professions intermédiaires, qui représentent plus de 30 % de la population, sont  à peine 10 % des candidats. Il n'y a aucun ouvrier. Oui, aucun ouvrier !
On nous parle de « société civile ».  C'est celle des privilégiés. Elle exclut   ceux et celles qui travaillent. Et ils veulent nous imposer à coup d'ordonnances une réforme du code du travail pour favoriser les licenciements, eux qui ne savent que commander ! La nouveauté de Macron, elle se combattra dans les usines, les services et la rue.
(30/5/2017)     (1078 signes)

74 - Faire connaître un véritable soulèvement populaire en Tunisie
Depuis le début de l'année, les habitants des régions ouest et sud de la Tunisie se soulèvent pour « l'emploi, la liberté et la dignité ». Autour de   Tataouine, qui produit la presque totalité du pétrole et du gaz, le mouvement dure depuis presque deux mois : mouvement de grèves générales, blocages des routes, sit-in quotidiens.
Le 18 mai, malgré des tirs de sommation de l’armée, les manifestants ont mis à l’arrêt la principale station de pompage de gaz du Sud tunisien ! Du jamais vu depuis 50 ans.  Le 22 mai, les forces de sécurité ont tiré : un mort et 22 blessés.
Hommes et femmes réclament que 20 % des revenus pétroliers soient reversés pour l'emploi  et qu'un membre de chaque famille soit embauché dans les sociétés pétrolières, alors que  le chômage y touche 40 % de la jeunesse.
Ici en France silence radio sur tous ces événements ! Pourtant l'espoir est là dans une lutte de la population pour l'emploi et la diginité !
(30/5/2017)     (996 signes)

73 - Le « renouveau » :un Gattaz au féminin à la tête du ministère du travail
« Bien-être et efficacité au travail », c'est le titre d'un des livres de Muriel Pénicaud. La nouvelle locataire du ministère du travail s'est imposée à Dassault Système puis à Danone, des sociétés comme tout le monde le sait qui s'occupent surtout de l’efficacité des travailleurs … et du bien-être des patrons !
Pour étaler ses compétences, elle affirme qu'elle «parle le même langage que les patrons», elle parle «stratégie business». Le renouveau politique de Macron accouche, sans surprise, d'un Gattaz au féminin à la tête du ministère du travail, contre les travailleurs.
Pour notre bien-être, il est même prévu « pour lever les freins à l'embauche en CDI » … de limiter les indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif : patron, licenciez comme vous voulez !
Rien de nouveau donc pour nous, le gouvernement du patronat poursuivra les attaques contre le monde du travail, il faut alors s'organiser pour riposter collectivement.
(29/5/2017)     (1014 signes)

72 - Cyber-attaque : des coupables, des responsables
Le système informatique du système de santé anglais (entre autres), a été fortement touché par l’opération de cyber-racket de ce week-end. Les dossiers médicaux étant inaccessibles, des dizaines de milliers de consultations et d’opérations ont été reportées. Quant à l’usine Renault de Douai, elle a été fermée ce lundi, robots et ordinateurs avaient été déprogrammés par la même attaque. Si on ignore encore d’où vient cette attaque, certains responsables de ce fiasco sont déjà connus :
– la NSA : elle connaissait depuis longtemps la faille de sécurité qu’ont exploitée les hackers, mais n’a rien dit à personne, espérant s’en servir elle-même ;
– Microsoft : il facture à prix d’or les mises à jour de sécurité, s’assurant ainsi une rente permanente ;
– le gouvernement britannique : dès 2015, à choisir entre payer encore les mises à jour ou renouveler le parc informatique pour passer à une version plus récente, il a décidé… de ne plus rien faire !
Surveillance, rente de monopole et austérité : un cyber-cocktail bien amer pour la population.(17/5/2017)     (1070 signes)

71 -PRISONNIERS POLITIQUES PALESTINIENS, SOLIDARITÉ… AVANT QU’IL SOIT TROP TARD !
Sur les 6 500 prisonniers palestiniens enfermés par Israël, 750 sont détenus sans procès, plus de 300 sont des enfants. Privation de soins, de visites familiales ou d’avocats, violences et vexations de toutes sortes sont leur quotidien.
Pour exiger le respect de leurs droits élémentaires, près de 1 500 prisonniers politiques palestiniens ont entamé, depuis le 17 avril dernier, une grève de la faim illimitée. Condamnés pour certains plusieurs fois à perpétuité pour des actes prétendument terroristes, comme le député Marwan Bargouthi, ils en appellent à la solidarité du monde entier.
Les conditions inhumaines de détention qu’ils subissent sont le symbole du joug colonial imposé à la population palestinienne toute entière par l’Etat d’Israël. Un Etat qui reste sourd aux revendications des grévistes de la faim, quitte à ce que certains d’entre eux en meurent. Un cynisme dont se rendent complices les dirigeants du monde entier, muets face à la situation.
(17/5/2017)     (1034 signes)

70 - Pas d'ouvriers dans la république en marche de Macron.

Les candidats issus de "la societé civile" aux législatives sont loin de représenter la majorité de la population. La liste de 200 noms, compte d'abord de nombreux PDGs, créateurs de Start-up, patrons de TPE/PME …une soixantaine en tout.
Plus généralement, la société civile, selon LREM, c'est surtout les chefs d'entreprise, les avocats, les médecins, les cadres dynamiques, les responsables des relations humaines (DRH). On ne retrouve finalement que très peu d'employés ET AUCUN OUVRIER ! Alors que ces deux catégories représentent plus de 50% de la population active.

Autrement dit, les travailleurs se trouvent exclus, il n'y a aucun "renouvellement" en terme de classe sociale.
(17/5/2017)     (739 signes)

69 - Ford veut supprimer 20 000 empois
Ford prévoit de réduire de 10% ses effectifs en Amérique du Nord et en Asie. Sur un total de 200000, cela représente près de 20 00 emplois menacés dans le monde, dans un plan déjà annoncé de réduction des coûts de 3 milliards de dollars ! Une petite baisse de la marge bénéficiaire passant de 5,4 % à 4,4 % … et ce sont les salariés qui trinquent.
A la suite de l'élection de Trump et de ses appels à produire aux Etats-Unis, Ford avait annoncé abandonner ses plans pour construire une usine de voitures de 1,6 milliard de dollars au Mexique et de créer 700 emplois au Michigan. Cela n'avait pas empêché Trump , celui qui twitte plus vite que son ombre, d'avoir posté ce message : « Les entreprises automobiles reviennent aux Etats-Unis ! Des emplois ! Des emplois ! Des emplois ! ». Le bonimenteur est pris la main dans le sac de ses mensonges ! Les constructeurs automobiles mondialisés continuent de restructurer et de supprimer des emplois.
C’est bien au-delà des frontières, qu’il va nous falloir nous organiser, si on veut réellement les empêcher de massacrer nos emplois

(16/5/2017)     (1109 signes)

68 - Nos retraites, il va falloir les défendre
16 millions, c’est le nombre de retraités aujourd’hui en France qui subissent une dégradation continue de leurs conditions de vie. La pension moyenne est de moins de 1400 euros, et 500 000 personnes sont au minimum vieillesse, nettement en dessous du seuil de pauvreté, avec 800 euros pour une personne seule. Près de 70 000 ne touchent rien. Quant aux femmes, leur pension, à l’image de leur condition de salariée, est en moyenne 39% inférieure à celle des hommes.
C’est bien une pension minimum à 1700 euros qu’il va falloir imposer par nos luttes futures, en prenant sur les fortunes qu’ont accumulés tous ceux qui se sont enrichis sur notre dos. Surtout quand Macron va encore vouloir les y aider

(16/5/2017)     (740 signes)

67 - 38 000 décès causés dans le monde par les excès de pollution diesel
La presse vient de donner les résultats d'une étude publiée par l'une des revues scientifiques les plus sérieuses « Nature ». Cela veut dire que les sources et les méthodes sont publics, consultables et discutables par tous. Rien à voir avec le secret dont s'entoure les entreprises capitalistes dont les firmes automobiles.
Un tiers des poids lourds et plus de la moitié des véhicules légers en circulation dans le monde émettent beaucoup plus d’oxydes d’azote (NOx) que ne le permettent les différentes limites réglementaires. L'Europe et la France en particulier sont touchées le plus sévèrement car c'est là que circulent le plus de voitures diesel. Une arnaque qui dure depuis des années !
Les entreprises automobiles auraient les moyens de produire des voitures moins polluantes car les dispositifs techniques existent. Mais ils coûtent chers à fabriquer et cela pourrait rogner sur les profits ! Oui ce sont des enfumeurs qui enfument aussi les salariés. On ne peut pas et ne doit pas leur faire confiance !
(16/5/2017)    
(1080 signes)

66 - GM&S, l’état autant responsable que Renault et PSA
Les ouvriers de l'usine de l'équipementier automobile GM&S à La Souterraine dans la Creuse luttent contre le démantèlement de leur usine mis en redressement judiciaire depuis le mois de décembre 2016. 
PSA et Renault sont directement responsables de cette asphyxie faute de commandes passées à cette usine. L'Etat est  actionnaire  de ces deux groupes automobiles et   Macron ancien ministre de l'économie de Hollande s'était directement impliqué dans la restructuration de l'industrie automobile française. Ils auraient les moyens d'imposer à PSA et à Renault une reprise de leurs commandes. Mais comme pour la firme multinationale Whirlpool, ils laissent faire.
Baladés depuis des mois, ces ouvriers occupent leur usine et se mettent en situation de légitime défense, en menaçant de la faire sauter alors que  Macron vient de prendre les reines  des institutions de la Véme République.
Une manifestation de soutien a eu lieu ce mardi devant l’usine, avec des délégations de nombreuses entreprises, et c’est bien une manifestation nationale de soutien qu’il faut organiser. Ceux de GM&S Industry peuvent et doivent gagner contre la fermeture de l’usine !
(16/5/2017)     (1204 signes)

65 - À Whirlpool comme ailleurs, interdiction des licenciements !
Après 12 jours de grève chez Whirlpool Amiens, la direction a lâché des indemnités de licenciement allant
jusqu’à 80 000 €. Mais la fermeture de l’usine va laisser plus de 500 travailleurs sur le carreau, qui s’ajouteront à tous ceux partis lors des précédents plans sociaux.
La faute de l’Europe ou de la concurrence internationale, comme le prétendait Marine Le Pen sur le parking de l’usine la semaine dernière ? Pas du tout ! Plutôt celle des actionnaires… Pas assez satisfaits des 850 millions de profits réalisés l’an dernier, ils veulent encore s’engraisser en allant exploiter d’autres salariés dans des conditions plus dures. Pour les faire reculer, la seule solution c’est de se battre pour nos conditions de travail et nos salaires. Tous ensemble. Par-delà les frontières !
(8/5/2017)     (842 signes)

64 - WHIRLPOOL : LE PEN ET MACRON EXPLOITENT LE DÉSESPOIR
Ecœurés par trois mois de bla-bla d’élus et ministres tout juste capables de verser une larme hypocrite sur leur sort, les Whirlpool bloquent leur usine depuis 10 jours. Macron et Le Pen y ont vu l’opportunité de se donner en spectacle. Les Whirlpool affrontent  le  géant mondial de l’électroménager, qui depuis des années, met des milliards dans le rachat de ses concurrents (Philips, Indesit) pour aussitôt restructurer et licencier. A Amiens, malgré les sacrifices consentis (suppression de 10 jours de RTT, blocage des salaires durant 7 ans), le site a perdu 1 000 emplois depuis 2002. Ce n’est pas l’ouvrier polonais qui est l’adversaire de l’ouvrier d’Amiens, mais bien les actionnaires de Whirlpool qui jouent au meccano sur le dos des salariés pour augmenter leurs dividendes. Pour le droit à l’emploi, il faut un grand « tous ensemble » contre les suppressions d’emplois et pour l’interdiction des licenciements. Bien loin du bla-bla des candidats. En osant s’en prendre au sacro-saint pouvoir patronal de décider de nos vies. 

(3/5/2017)     (1088 signes)

63 - La Chine : l’empire du milieu de gamme
Des salaires pas chers, un système autoritaire qui maintient l’ordre social à coup de matraque, un gigantesque marché… De quoi faire rêver n’importe quel capitaliste, dont Ghosn, qui entend profiter du Salon de l’automobile de Shanghai pour accroître la part de Renault dans les 28 millions de voitures vendues chaque année en Chine. C’est sûr qu’il y a de la marge : 20000 ventes en 2016, c’est un record facile à doubler !

Mais en lançant de nouvelles productions à l’usine de Wuhan et en développant le réseau commercial pour écouler des SUV « gamme moyenne » par centaines de milliers, Ghosn et ses amis se voient déjà palper les billets...dont nous ne verrons jamais la couleur.
Et tant pis si les Chinois étouffent sous des nuages toxiques, pourvu qu’ils consomment !
(25/4/2017)     (808 signes)

62 - Monsanto, firme toxique
Des militants écologistes ont réuni de vrais juges et avocats à La Haye dans un procès fictif contre Monsanto, principal trust des OGM et des pesticides. Le procès n’a qu’une valeur symbolique, mais il a permis d’exposer les agissements criminels de la firme américaine.
Celle-ci a falsifié des études scientifiques et commercialisé des polluants tout en sachant leurs effets néfastes sur la santé. De l’agent orange, défoliant toxique utilisé par l’armée américaine au Vietnam, au Roundup, herbicide dangereux pour la santé humaine, les animaux, les sols et les plantes, la multinationale a fait passer ses profits avant notre vie.
De ce monde là, nous n’en voulons pas !

(25/4/2017)     (696 signes)

61 - Des bénéfices sur le dos de la population
La Grèce de Tsípras a annoncé cette semaine un excédent budgétaire de 3,9 % pour 2016. Mais ce n’est une bonne nouvelle que pour les banques et les capitalistes européens qui comptent sur le remboursement de la dette grecque. Car les travailleurs, eux, ont durement payé cet excédent par une politique d’austérité drastique depuis 2008 : baisse des salaires de 38 % en moyenne, diminution des pensions jusqu’à 30 %, coupes dans les services publics, suppressions d’emplois, etc.

Et ce n’est pas fini, car le gouvernement de Tsípras, dit de « gauche radicale », a voté un budget 2017 encore plus austère que le précédent. Pour faire reculer l’austérité, pas possible de compter sur lui ou un autre sauveur. C’est dans les luttes que ça se passera.
(25/4/2017)     (785 signes)

60 - EMISSIONS POLLUANTES : ET DE QUATRE !
Après Volkswagen, Renault et Fiat-Chrysler, PSA est à son tour suspecté dans les affaires d’émissions polluantes de moteurs diesel. PSA est mis en cause pour "tromperie sur la qualité substantielle et les contrôles effectués avec cette circonstance que les faits ont eu pour conséquence de rendre les marchandises dangereuses pour la santé de l'homme ou de l'animal". La triche concerne plusieurs constructeurs, donc l’industrie auto dans son ensemble. Au-delà des procédures judiciaires en cours, c’est le procès de la recherche du profit à tout prix, c’est-à-dire du capitalisme, qu’il faut instruire.
(25/4/2017)    
(640 signes)

59 - MACRON CHOUCHOU DES PATRONS ET BANQUIERS
Emmanuel Macron a fait sa carrière de banquier d’affaires chez Rothschild & Co avant de se lancer dans la politique. Soutenu par le PS, LR et Pierre Gattaz, patron du MEDEF, il se voit déjà président et a annoncé la couleur : pour casser le code du travail, il gouvernera par ordonnances. Ceci permettra aux patrons d’aggraver encore plus nos conditions de vie et de travail, déjà bien attaquées par les accords Renault de compétitivité. Au lendemain du 1er tour, les titres des banques ont bondi de 8% à la bourse de Paris. Le Pen ou Macron, il faudra s’exprimer dans la rue pour se défendre. 
(25/4/2017)    
(635 signes)

58 - GM&S au Champs Elysées … pour leur emploi
En bleu de travail, 160 salariés de GM&S (fabrication de pièces pour Renault et PSA) à La Souterraine (Creuse) ont manifesté le 19 avril sur les Champs Elysées devant les showrooms de Renault et PSA. Leur usine, placée en redressement judiciaire jusqu'au 23 mai suite aux réductions de commandes des deux donneurs d’ordre, menace de fermer. Après avoir coupé la circulation autour de l'Arc de triomphe, ils ont bloqué les accès des camions à PSA Poissy. Sur leur dossard : "la casse d'une entreprise planifiée". Une preuve de plus de la nécessité de réquisitionner les groupes constructeurs pour bâtir un grand secteur automobile public (constructeurs, sous-traitants et équipementiers) qui préserve les emplois et planifie la production en fonction des besoins sociaux et non des profits capitalistes.
(25/4/2017)    
(842 signes)

57 - GREVE GENERALE EN GUYANE : PREMIERE VICTOIRE 
Après un mois de lutte, 90% des revendications ont été satisfaites, pour un total d’un milliard d’€ plus 2,2 milliards d'engagements de l’Etat. 400 000 hectares ont été rétrocédés aux amérindiens. Des états généraux recenseront l'ensemble des besoins sanitaires, éducatifs, énergétiques et d’infrastructures. Le collectif de lutte guyanais reste mobilisé pour veiller au respect des engagements de l’Etat français. La preuve que seule la lutte résolue paye !
(25/4/2017)    
(504 signes)

56 - UN ACCORD ANTI-CHÔMEURS, PAS ANTI- CHOMAGE
Dans le brouhaha électoral, tous les syndicats, à l’exception de la CGT, viennent de signer un accord avec le MEDEF. Résultat : une réduction de l’indemnisation des chômeurs de 900 millions d’euros. Parmi les victimes de cet accord honteux, les travailleurs précaires, exerçant une activité réduite. Des salariés en CDD, en intérim ou à temps partiel, payés au SMIC, pourront perdre jusqu’à 200 € par mois. Les plus de 50 ans, qui bénéficiaient de 36 mois d’indemnisation au lieu de 24, pour prendre en compte leur difficulté à retrouver un emploi, devront désormais atteindre 55 ans. De 50 à 52 ans, ils perdront 12 mois de droits et de 52 à 55 ans, ils en perdront 6. Pour le négociateur FO, le « compromis » était indispensable pour que  « les partenaires sociaux démontrent qu’ils savent réformer et gérer ». La porte-parole de la CFDT y a même vu « un accord équilibré ». Et tant pis si cela se fait sur le dos des plus précaires et des plus âgés !
(25/4/2017)    
(995 signes)

55 - DES MILLIARDS PLANQUES PAR LES BANQUES
Il y a des lustres que les chefs d’Etat ont juré d’en finir avec  les paradis fiscaux. Il y a un an, l’affaire des « Panama Papers » montrait déjà qu’il n’en était rien. Selon l’ONG Oxfam, les banques européennes réalisent un quart de leurs bénéfices dans des paradis fiscaux. En 2015, la Société Générale a engrangé 57 milliards de bénéfices à Singapour sans y payer un sou d’impôt. Priver  l’Etat de milliards de recettes fiscales qui seraient si utiles pour les services publics et l’emploi, c’est du vol d’argent public. Pour mettre le secteur bancaire hors d’état de nuire, une seule solution : le nationaliser sans indemnités, et le placer sous contrôle des salariés et des usagers. Cette « socialisation » intégrale permettrait d’agir au service des besoins de la population.
(25/4/2017)    
(820 signes)

54 - ACCORD CONTRE LES CHÔMEURS
Dans le cadre de l’UNEDIC, tous les syndicats, à l’exception de la CGT, viennent de signer un accord avec le MEDEF. Résultat : une réduction de l’indemnisation des chômeurs de 900 millions d’euros.
Parmi les victimes de cet accord honteux, les travailleurs précaires, exerçant une activité réduite ou travaillant peu de jours. Des salariés en CDD, en intérim ou à temps partiel, payés au SMIC, pourront perdre jusqu’à 200 € par mois.
Quant aux « seniors » de plus de 50 ans, qui bénéficiaient de 36 mois d’indemnisation au lieu de 24 mois, pour prendre en compte leur difficulté à retrouver un emploi, ils devront désormais atteindre l’âge de 55 ans. De 50 à 52 ans, ils perdront 12 mois de droits et de 52 à 55 ans, ils en perdront 6.
Pour le négociateur FO, le « compromis » était indispensable pour que  « les partenaires sociaux démontrent qu’ils savent réformer et gérer ». La porte-parole de la CFDT y a même vu « un accord équilibré ».Etant pis si cela se fait sur le dos des plus précaires et des plus âgés !

(3/4/2017)     (1039 signes)

53 - En Irak, la sale guerre de la France et ses alliés
Le cirque médiatique autour des présidentielles aurait tendance à nous le faire oublier. Mais la France est plus que jamais engagée dans une sale guerre au Moyen Orient.  Après avoir laissé Bachar El Assad massacrer Alep, la priorité a été donnée à la reconquête de Mossoul, place forte de Daech en Irak. En appui à l’armée irakienne qui œuvre sur le terrain, la coalition internationale emmenée par les USA, et à laquelle appartient la France, bombarde sans relâche les positions ennemies. Et tous les témoignages concordent : les victimes civiles se comptent par milliers. Ces milliers de personnes qu’on prétendait libérer de la dictature terroriste tombent sous les bombes de leurs soi-disant libérateurs. Face à la volonté des armées irakiennes et de leurs alliés occidentaux de remporter une rapide victoire à Mossoul, la vie des civils compte peu. Comme si la fin justifiait les moyens. C’est insupportable. Troupes impérialistes, hors du Moyen Orient !
(2/4/2017)     (1010 signes)

52 - Les banques planquent des milliards dans les paradis fiscaux
Il y a des lustres que chefs d’Etat et de gouvernements ont juré d’en finir avec  les paradis fiscaux. Il y a un an, l’affaire des « Panama Papers » montrait déjà qu’il n’en était rien. Selon l’étude de l’ONG Oxfam rendue publique la semaine dernière, les banques européennes ont réalisé en 2015 un quart de leurs bénéfices dans des paradis fiscaux où souvent elles ne paient guère d’impôts. En 2015, la Société Générale, par exemple, engrange 57 milliards de bénéfices à Singapour sans y payer un sou d’impôt. Priver  le budget de l’Etat de milliards de recettes fiscales qui seraient si utiles pour les services publics, l’emploi, les retraites. C’est purement et simplement du vol d’argent public. Pour mettre le secteur financier hors d’état de nuire, une seule solution : le nationaliser sans indemnité aux actionnaires, et le mettre sous contrôle des salariés et de la population pour le mettre au service des besoins de la population. C’est cette « socialisation » intégrale que défend le NPA et son candidat Philippe Poutou.
(2/4/2017)     (1093 signes)

51 - LE PEUPLE GUYANAIS NOUS MONTRE LA VOIE
Depuis trois semaines, les axes routiers des villes du littoral (Cayenne, Kourou, Saint Laurent du Maroni), le Port de commerce, le Centre Spatial, la Préfecture, la Collectivité Territoriale sont bloqués par des barrages tenus par la population, soutenue par l'Union des Travailleurs Guyanais, premier syndicat. Les établissements scolaires sont fermés, les commerces ont baissé le rideau, les vols aériens sont annulés, le lancement de la fusée Ariane a été ajourné. L’État colonial investit des milliards d'euros pour lancer des fusées tous les mois, mais prétend qu’il n'y a pas d'argent pour les services publics. Faute de collèges et lycées, chaque année plus de 2000 enfants sont laissés déscolarisés. Suite aux coupes budgétaires dans la santé, le Centre Médico-Chirurgical de Kourou est bradé à des investisseurs privés. Cet abandon conduit à un taux de chômage de 22%, à un taux de pauvreté de plus de 60%. Le peuple guyanais nous montre la voie de la mobilisation pour prendre en main son propre destin. Premières victoires : les salariés d'Endel, en bloquant la fusée Ariane, ont gagné des augmentations de salaires.
(27/3/2017)    
(1166 signes)

50 - LA COURSE AU PROFIT, AU MEPRIS DE LA SANTE
Comme VW, Renault utilise des stratégies de contrôle moteur qui limitent la pollution dans les conditions d'homologation en labo sans se préoccuper des émissions en conditions réelles : dans la rue, les diesels émettent jusqu'à vingt fois plus de NOx (gaz toxique créateur de particules fines). Beaucoup avaient crié au scandale il y a un an, quand la CGT du Centre Technique de  Lardy avait dénoncé la politique de réduction drastique des coûts et des effectifs qui avait conduit à une telle situation. Royal et Macron, alors ministres, affirmaient leur pleine confiance à Ghosn. Les irresponsables, c’étaient ces travailleurs qui, en ne respectant pas l’omerta, faisaient baisser le cours des actions Renault ! Mais pas un seul politicien pour faire le lien avec le milliard de dividendes versé aux actionnaires, grâce aux pressions que Ghosn et ses acolytes exercent au quotidien pour concevoir et produire toujours plus vite, avec moins de moyens. Au mépris de nos conditions de travail et de la santé publique.
(27/3/2017)    
(1057 signes)

49 - PATRIOTISME ECONOMIQUE ou ANTICAPITALISME
Après le scandale Volkswagen, J-Luc Mélenchon  affirmait en 2015 : « La triche et la pollution, voilà sur quoi repose le prétendu succès de l’automobile made in Germany ! L’arrogance et l’impunité du made in Germany doivent cesser ». La procédure visant Renault est un démenti cinglant à ces propos cocardiers. Toute l'industrie automobile capitaliste est concernée, sans distinction de nationalité. De Le Pen à Macron en passant par Fillon, tous font leur campagne électorale au nom du «patriotisme économique», clamant qu’il faut être solidaires des patrons français pour défendre l’industrie nationale. Des cocoricos profitables à Ghosn, Dassault, Peugeot, Bouygues et autres... Quant au gouvernement, actionnaire à 20 % de Renault, il reste silencieux devant ces méthodes dénoncées par sa propre administration. Le patriotisme économique l'emporte sur les belles paroles de la COP21. Oui, le capitalisme, la dictature du fric, on en crève sur les chaînes de montage, dans les centres techniques ou même en respirant l'air de nos villes...

(27/3/2017)     (1083 signes)

48 - LES DEUX MONDES : LE LEUR ET LE NOTRE
Le milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière (fortune personnelle 2,9 milliards d’euros) est administrateur « indépendant » du groupe Renault. Il est aussi membre du comité des rémunérations, qui fixe notamment celle de Ghosn. Propriétaire de la « Revue des deux Mondes », c’est encore lui qui a embauché Pénélope Fillon comme « conseiller littéraire » pendant un an et demi. Le monde est petit… et il y a bien «deux mondes» : d’un côté les affairistes, de l’autre ceux qu’ils exploitent.
(27/3/2017)    
(524 signes)

47 - LES « AFFAIRES » SONT LES AFFAIRES
Côté « affaires », on devrait aussi s’intéresser à d’autres, bien plus lucratives encore : celles qui permettent à une infime minorité d’actionnaires de s’accaparer une part énorme de la richesse produite par le travail de millions de salariés. Par exemple, l’exploitation du travail des quatre millions de salariés des 40 plus grosses entreprises (dites du CAC40) leur a rapporté 76 milliards de profits en 2016 : soit 19 000 € par salarié !
(27/3/2017)    
(476 signes)

46 - ECHANGE PROFITS CONTRE SALAIRES
Profitant d’accords de compétitivité basés sur un chantage à l’emploi éhonté, les capitalistes du secteur automobile n’ont pas été les derniers à se goinfrer en 2016. Leurs bénéfices nets ont fortement augmenté : Renault (+21%), mais aussi PSA (+92%), Michelin (+43%) ou Valéo (+27%). Bien plus que nos salaires …
(27/3/2017)    
(344 signes)

45 - PRENDRE L’ARGENT LA OU IL EST
Le CICE (Crédit Impôt Compétitivité Emploi) aux entreprises coûte aux contribuables que nous sommes plus de 20 milliards par an et sont dilapidés dans la spéculation boursière. Ils permettraient pourtant de créer 500 000 emplois dans la santé. Les cinq plus grosses fortunes de France représentent à elles seules 116,5 milliards d’euros. Il y a largement de quoi faire une politique répondant aux besoins sociaux. A condition d’exproprier les capitalistes et de décider à leur place.
(27/3/2017)    
(514 signes)

44 - CE SONT LES FRAUDEURS QU’IL FAUT CONDAMNER
La semaine dernière, la Cour d’appel du Luxembourg a condamné les lanceurs d’alerte de Luxleaks : Antoine Deltour à 6 mois de prison avec sursis et 1 500 € d’amende ; Raphaël Halet à 1 000 € d’amende. Leur « crime » : avoir révélé l’évasion fiscale à grande échelle pratiquée par des multinationales, via le Luxembourg. Cette condamnation est un scandale. Les lanceurs d’alerte ne sont pas des criminels. Ce sont les fraudeurs qui devraient être condamnés.
Selon un rapport du syndicat Solidaires-Finances publiques, les différentes formes d’évasion et de fraude fiscale couteraient à la France entre 60 et 80 milliards d’euros par an. Plus que les 60 milliards du déficit du budget de l’état français en 2016, au nom duquel gouvernements de droite ou de gauche mènent des politiques d’austérité. Mais la lutte contre la fraude fiscale est loin d’être une priorité des gouvernements.
Pour la combattre efficacement, il faudrait mettre fin au secret bancaire et interdire toute transaction avec un paradis fiscal. Mais pour en avoir les moyens, il faudrait exproprier le secteur bancaire. Et donc faire le choix de s’affronter aux privilégiés, sans faire confiance aux institutions et dirigeants politiques de la bourgeoisie.
(23/3/2017)     (1262 signes)

43 - LA COURSE AUX PROFITS, C’EST LA POLLUTION DES POLLUTIONS
Comme Volkswagen avant lui, Renault est maintenant accusé d'avoir triché avec les résultats des tests antipollution depuis 25 ans. Près de 900 000 voitures seraient concernées.
Renault ne conteste pas que la pollution réelle de ses voitures dépasse largement ce qui est affiché pour les consommateurs et mesuré dans les tests officiels. Mais il se contente de répéter que son enfumage, en rusant avec les règles, est légal. Et Renault se réfugie dans le secret qui permet de couvrir toutes les magouilles.
Mais le vrai scandale, celui dont personne ne parle, c’est que cette tricherie est le produit de la course à la rentabilité, au mépris de la santé publique et des conditions de travail des salariés. Mis en cause, les dirigeants de Renault ont délibérément sacrifié les investissements pour des dispositifs plus sûrs au nom de la seule loi du profit. Résultat, les dividendes qu’il versera à ses actionnaires augmenteront de 31%, pour un montant de près d'un milliard d'euros. Il y en a assez de leurs magouilles et de leurs secrets qui les enrichissent, qui puent et qui tuent !
(23/3/2017)     (1138 signes)

42 - La guerre des boutons… nucléaires ?
Donald Trump a annoncé une hausse de 9 % du budget militaire américain, porté à 600 milliards de dollars, entendant tailler dans celui de l’environnement, de l’aide internationale ou encore de la recherche médicale. Toutes les grandes puissances font de même, lancées dans une « modernisation » de leur arsenal nucléaire et militaire. Avec 1 570 milliards de dollars dépensés par les États en 2016, les marchands d’armes ont bonne santé.

Un arsenal de dissuasion ? Pour dissuader qui ? Car ce sont les grandes puissances elles mêmes qui lancent les guerres partout dans le monde et sèment le chaos. Et ce sont les populations qui en payent le prix.
(23/3/2017)     (668 signes)

41 - QUAND LE FRONT NATIONAL TEND LE BRAS
Un reportage de l’émission « Envoyé spécial », diffusé sur France 2, a rappelé ce qu’est profondément le Front national : un parti raciste, ennemi des travailleurs. Croix gammées, saluts nazis, blagues antisémites, les proches de Marine Le Pen ne sentent pas meilleur que ceux du père. Parmi eux, trois anciens du Groupe Union Défense (GUD, un groupuscule néo-nazi), qui tiennent aujourd’hui les cordons financiers du FN.

(23/3/2017)     (456 signes)

40 - C'est la crise nous dit-on ... pas pour tout le monde !
Selon le classement annuel du magazine Forbes, la France compte désormais 39 milliardaires. Par rapport à l'année 2016, la fortune totale des « heureux élus » français a enregistré une progression de 21% (alors que la dernière valorisation du SMIC, pour l'année 2017, est de 0,39%). Les cinq premières fortunes hexagonales représentent, à elles seules, un montant équivalent à 125,8 milliards de dollars, soir environ 100 milliard d’euros. L'enrichissement prodigieux du patronat est le fruit de notre travail et le résultat de la guerre qu'ils nous mènent à travers les politiques de leurs gouvernements successifs.
Ces mêmes élus ne se gênent pas, comme les patrons, pour se servir dans la caisse. Le cas Fillon, le plus médiatisé, nous donne un aperçu de la corruption généralisée chez les parlementaires pour services rendus à la bourgeoisie sur le dos des travailleurs.
(21/3/2017)     (930 signes)

39 - Le gouvernement couvre Renault
Depuis les perquisitions au siège de Renault en janvier 2016, les ministres Emmanuel Macron et Ségolène Royal ont toujours cherché à couvrir Renault. Ils ont ainsi contribué à tromper les citoyens sur la teneur véritable des agissements de Renault. Bercy et Ségolène Royal doivent arrêter instamment de couvrir et minimiser les agissements « frauduleux » des dirigeants de Renault : ils doivent tirer toutes les conséquences de ces nouvelles révélations. Le gouvernement pourrait par exemple exiger de Renault qu’il rembourse l’ensemble des aides délivrées par l’Etat pour encourager l’achat de véhicules supposés « peu polluants » et dont les acheteurs de véhicules Renault ont pu bénéficier.
(17/3/2017)     (723 signes)

38 - Les actionnaires de Renault en pleine forme
Au moment où le constructeur s’apprête à généreusement augmenter les dividendes versés aux actionnaires – ce qui serait une décision inacceptable et incompréhensible pour le grand public – la moindre des choses serait d’exiger un juste dédommagement des pratiques inacceptables du constructeur. Enfin, le lobbying des constructeurs automobiles contre des normes contraignantes puis, une fois adoptées, contre leur mise en oeuvre, doit cesser immédiatement. Il en va de notre santé et de notre avenir.
(17/3/2017)     (543 signes)

37 - Fillon, Le Pen : des candidats en cavale
Les flash infos sur les présidentielles ressemblent à des chroniques judiciaires : Fillon et le Pen sont poursuivis par la justice pour des affaires de détournement de fonds. Et ils s'en moquent, parce qu'ils sont habitués à ce que la justice soit clémente vis-à-vis des délinquants en col blanc.
(10/3/2017)     (336 signes)

36 - PSA - Opel : refuser la  casse sociale  !         
Opel vauxhall c’est  des usines en Allemagne, en grande bretagne en pologne . Ce lundi 6 mars il a été annoncé l’achat  d’Opel  et Vauxhall par la multinationale PSA  à General Motors  .  L’agence de presse Reuters a dit que le rapprochement pourrait produire  des économies de deux milliard d euros et des réductions d effectif chiffréess à 6000 emplois. Tavares essaie de rassurer les opinions  publiques et les salaries, mais les promesses n engagent que ceux qui y  croient. Rappelons-nous la fermeture d Aulnay démentie pendant des mois par la direction  puis réalisée sans état d’âme .Pour obtenir  plus de profit c’est la casse sociale qui arrive , il faut résister par delà les frontieres et dans l unité que l’on soit salaries allemand, anglais francais ou polonais

Réquisitionner le nouveau groupe sans indemnité ni rachat aucune aux actionnaires
(7/3/2017)     (906 signes)

35 - A Renault aussi le prix du mépris pour les intérimaires
Dans quelques jours, la direction versera la prime d’intéressement aux résultats financiers de l’entreprise: au minimum, plus de 3 000 €. Mais pas à tous les travailleurs. Considérés comme des salariés de seconde zone, les intérimaires et les prestataires ne toucheront pas un kopek. Alors que chez Renault, ils représentent aujourd’hui plus de 60% des agents de production et plus d’un salarié sur trois à Cléon, les intérimaires condamnés à la précarité contribuent pourtant de plus en plus à la valeur créée, et donc au profit. Mais cette intolérable politique de division ne choque pas le moins du monde les syndicats signataires de l’accord d’intéressement qui continuent à se vanter de leur signature, commes si intérimaires et prestataires étaient invisibles. De quoi se révolter en cessant le travail pour prouver à Renault et à ses complices que sans les intérimaires, il n’y a plus de moteurs, ni de boîtes.

(7/3/2017)     (957 signes)

34 - FAIRE ENTENDRE LA COLÈRE SOCIALE
Mardi 7 mars, les fédérations CGT, FO et Sud de la santé et de l’action sociale avaient appelé à la grève, ainsi qu’à une manifestation nationale à Paris. Cette manifestation a été l’occasion de faire entendre dans les rues de Paris la colère des salarié(e)s de la santé et des services publics. Coupes dans les effectifs, mise en pièce des services hospitaliers, dégradation des conditions de travail : autant de conséquences des politiques d’austérité imposées par les projets de lois de financement de la Sécurité Sociale : les lois Bachelot et Touraine ! A l’heure où la majorité des candidats à la présidentielle affirment leur volonté de privatisation de la Sécurité sociale.

Du « à chacun selon ses moyens en terme de cotisations sociales et à chacun selon ses besoins en terme de soins », ils rêvent de passer au « qui peut payer pourra se soigner ». Ils veulent supprimer « les cotisations sociales » pour les remplacer par des « assurances privées », source de profits.
Pour le NPA, imposer le remboursement des soins à 100% sans forfait ni franchise, la suppression de la tarification à l’activité, l’interdiction des dépassements d’honoraires, la multiplication des centres de santé passe par la mobilisation conjointe des salarié(e)s de la santé, des services publics et… des usagers.
(7/3/2017)     (1327 signes)

33 - Sur les 35h, Marine le Pen  en flagrant délit de duplicité
Faire croire aux salariés qu’on défend leurs intérêts alors qu’on sert  ceux du patronat. C’est le tour de force de Marine Le Pen.  Sur le temps de travail, par exemple. Dans le point « 63 » de son programme, elle dit vouloir  le maintien de la durée légale  à 35h. Mais en ajoutant dès la phrase suivante qu’elle est pour autoriser des négociations de branche pour un allongement jusqu’à 39h. Exactement ce qui a fait descendre des centaines de milliers de manifestants dans la rue au printemps contre la loi  « Travail-El Khomri ». Une loi que Marine Le Pen promet de « retirer » - point « 53 » de son programme – mais dont le point « 63 » sur les 35h garde l’essentiel. Il suffira donc au patronat de faire du chantage à l’emploi ou de trouver des syndicats complaisants pour se débarrasser des 35h. Pire, dans le même point « 63 » du programme,  Marine Le Pen se prononce pour un allongement à 39h payées 39, c’est à dire sans paiement d’heures supplémentaires à partir de la 35ème. Le patronat ne pouvait rêver mieux.(7/3/2017)     (1080 signes)

32 - PSA : DES MILLIARDS POUR LES PATRONS, LES MIETTES POUR NOUS !
Le 23 février, PSA a sans surprise, annoncé de nouveaux profits record à hauteur de 2,15 milliards d’€ ce qui représente une hausse de 79%. Dans le même temps le groupe a annoncé le retour du versement, de dividendes à ses actionnaires, et d‘une prime d’intéressement de 2000€ aux salariés. Cette prime, on la prend, c’est notre argent mais le compte n’y est pas ! Ce sont des augmentations de salaires que nous revendiquons parce que les factures tombent chaque mois et que nous voulons cotiser pour nos retraites. Par ailleurs, 2 milliards de profits créés par environ 50000 salariés, cela représente 40000€ par personnes…largement de quoi rendre à nos collègues intérimaires laissé pour compte, le fruit des richesses qu’ils/elles ont créé(e). Le patron tente de nous endormir avec une prime sur laquelle nous ne pouvons pas cracher mais pas question de s’habituer à ces méthodes. PSA est sorti de la crise grâce aux sacrifices qu’il nous a imposés, les actionnaires se gavent mais pour nous c’est toujours la galère… Construisons-nous collectivement sans quoi nous ne serons jamais en mesure de fixer des limites au patronat !
(28/2/2017)     (1192 signes)

31 - SEXISME : NI AU TRAVAIL NI AILLEURS !
80 % des femmes subissent des comportements sexistes au travail, 25 % des agressions sexuelles et 10 viols par jour s’y déroulent. Un climat sexiste entretient la division entre hommes et femmes et prend le pas sur la division entre travailleurs/euses et patrons. D’autant que les femmes occupent des métiers plus précaires, dans des secteurs sous pression, que leurs supérieurs sont généralement des hommes … Et qu’elles gagnent moins que les hommes (19% d’écart en moyenne selon l’INSEE). La loi évolue très lentement, les procédures en justice sont difficiles et la majorité des femmes victimes de violences perdent leur emploi soit par licenciement soit par démission, fort peu volontaire. Pour lutter contre les violences et le sexisme, la solution ne peut qu’être collective, à commencer par une solidarité des femmes entre elles. C’est une bataille de tous les lieux et de tous les instants. A réaffirmer aussi le 8 mars dans la rue.
(23/2/2017)     (978 signes)

30 - VIOL ET VIOLENCE D’ETAT
Le viol de Théo, 22 ans, hospitalisé avec 60 jours d’ITT s’inscrit dans une longue suite d’actes commis par les policiers dans les quartiers populaires. Contrôles d’identité incessants et discriminatoires (les jeunes noirs et ceux d’origine maghrébine sont 20 fois plus contrôlés que le reste de la population), actes racistes ou homophobes …, cette violence policière s’étend aussi aux réfugiés. Pourchassés dans les villes, ils sont de plus en plus souvent victimes de brutalités policières gratuites comme le saccage de leurs maigres biens. L’état d’urgence supprime des droits et libertés mais accroît les pouvoirs d’une police… qui à 70% s’apprête à voter FN. L’élargissement de la légitime défense leur accorde un véritable permis de tuer. Ce gouvernement a besoin d’une police aux pouvoirs quasi illimités pour quadriller et réprimer les plus pauvres. Le NPA appelle à la manifestation nationale à Paris le 19 mars contre les violences policières, pour la libre circulation des migrantEs et la dissolution de tous les corps spéciaux (BAC et brigades spécialisées).
(23/2/2017)     (1095 signes)

29 - TRUMP ET GHOSN CLIMAUTO-SCEPTIQUES
Les patrons de General Motors, Ford, Fiat Chrysler et des filiales américaines de Toyota, Nissan ou Volkswagen demandent à Donald Trump de revoir les normes d'économie de carburants. Selon eux, elles pourraient "mettre en péril des centaines de milliers, voire un million d'emplois". Le nouveau responsable de l'agence pour l'environnement, un climato-sceptique, a déclaré au Sénat américain qu'il réexaminerait ces nouvelles normes. Elles auraient coûté 200 milliards de dollars sur 13 ans à l'industrie automobile, mais fait économiser 1700 milliards de dollars en carburant. Un deal pour les profits, contre la santé et l'environnement. Ghosn est partie prenante, au titre de Nissan, de ces demandes auprès de Trump. Avant d’exiger du prochain gouvernement français pareille remise en cause ?
(23/2/2017)     (830 signes)

28 - Délinquance financière, Le Parlement au service des fraudeurs
Un comble. En pleine affaire Fillon, les députés ont voté le 16 février une loi de « Réforme de la prescription pénale » dont l’une des dispositions va faciliter la vie des fraudeurs. Jusqu’ici en matière de délinquance financière, le délai de prescription de prescription courait à partir du jour où l’infraction était « découverte ». Ce sera maintenant à partir du jour où l’infraction a été « commise ». Et qui plus est, il ne pourra excéder 12 ans. Prenons l’affaire Fillon. Révélé en 2017, l’emploi par Fillon de sa femme comme attachée parlementaire entre 1998 et 2012 peut aujourd’hui faire l’objet d’une enquête sur l’ensemble de la période. Avec la nouvelle loi seulement sur la période 2005-2017, mais pas avant, il y aurait prescription. Avec la nouvelle loi les délits financiers, abus de biens sociaux et autres affaires de corruption seront plus difficiles à poursuivre. Le monde des affaires ne pouvait espérer aussi beau cadeau.
(21/2/2017)    
(1004 signes)

27 . LE MEDEF VEUT LA PEAU DES CHÔMEURS
Février 2017 : dans le cadre de l’Unedic, patronat et syndicats sont censés renégocier les règles d’indemnisation des chômeurs et les financements nécessaires. En 2016, le patronat avait claqué la porte des négociations. Il refusait d’entendre parler de la taxation des contrats courts exigée par les syndicats. De nombreuses entreprises multiplient en effet les contrats courts sur le même poste au lieu d’embaucher en CDI. D’où un flux perpétuel de nouveaux chômeurs à indemniser : une des causes du déficit dénoncé par ailleurs. Mais taxer les contrats courts serait, selon lui, alourdir le coût du travail et empêcher la flexibilité nécessaire à la compétitivité. C’est avec cette même chanson qu’il revient à la table des discussions, en ce mois de février. Pour le patronat, s’il y a déficit, c’est que le système est trop généreux pour les chômeurs. Réduire le montant et la durée de l’indemnisation est leur solution. Pour obliger les chômeurs à accepter n’importe quel boulot précaire et mal payé. Il faudra plus que des discussions dans des salons feutrés pour bousculer cette donne.
(21/02/2017) 1128 signes, titre compris

26. FUSION PSA-OPEL : REFUSER LA CASSE SOCIALE
Le patron de Peugeot lorgne sur Opel, qui accumule les pertes en Europe. Un rachat d’Opel à General Motors devrait se faire à bon prix et, en bonne logique capitaliste, permettre de juteuses restructurations. On sait ce que cela veut dire, tant pour les travailleurs d’Opel que de PSA : fermetures de sites, suppression massive d’emplois. Contre la casse sociale en perspective pour le seul bénéfice de la caste des actionnaires, une seule solution : rassembler les forces des salariés par delà les frontières, contre toute fermeture et toute suppression d’emploi. N’oublions pas que Peugeot (comme Renault) a été sauvé du naufrage par les milliards de l’Etat en 2009 et que cela ne l’a pas empêché de fermer Aulnay. Ni d’imposer de gros sacrifices à ses salariés via l’accord « compétitivité » draconien de 2013. Ni de bénéficier encore de milliards de l’Etat en 2014. Refuser que le mariage Peugeot-Opel se fasse sur le dos de leurs salariés, c’est le minimum. Même s’il faut pour cela réquisitionner le nouveau groupe sans rachat ni indemnité aucune aux actionnaires. Avec la construction d’une mobilisation à la hauteur de cet objectif.
(21/02/2017) 1182 signes, titre compris

25 GRÈCE, TOUJOURS PLUS D’AUSTÉRITÉ QUAND LA « TROÏKA » S’ACHARNE
Depuis 2015, la Grèce et son gouvernement sont sous la tutelle de la « Troïka ». On appelle « Troïka » le groupe formé des trois institutions : Commission Européenne, Banque Centrale Européenne et Fonds Monétaire International. Pour elle, toute nouvelle aide financière est conditionnée au vote par le Parlement grec de nouvelles mesures d’austérité, et aux progrès faits par le gouvernement de Tsipras pour les imposer à sa population. Si l’objectif affiché est la réduction de la dette publique, le résultat, c’est le contraire. Et une catastrophe sociale à la clé : un million de retraités avec moins de 500 € par mois qui font vivre des familles entières, un salaire minimum en dessous de 600 €, un chômage record… Malgré cela, c’est un même programme aggravé que la « Troïka » entend imposer à Tsipras en 2017 : faciliter les licenciements, rogner encore sur les retraites et sur les salaires, augmenter diverses taxes indirectes. De quoi inspirer Fillon et d’autres. D’où l’urgence, dans toute l’Europe, d’une mobilisation contre l’austérité : aucun sacrifice pour l’euro, ni en Grèce, ni ailleurs.
(21/02/2017)

24. LA POLICE NOUS PROTÈGE ? MAIS QUI NOUS PROTÈGE DE LA POLICE ?
Quatre policiers ont été mis en examen, dont l'un pour viol, après avoir molesté et violé avec une matraque un jeune homme de 22 ans, à Aulnay-sous-Bois, lors d’un contrôle de police. Comme on pouvait s’y attendre, le syndicat d'extrême droite Alliance Police n’a pas hésité une seconde à apporter son soutien inconditionnel à ses collègues, s’indignant « que l’on fasse le procès avant les procès »... et bien sûr ne reconnaît pas le viol.
Cette barbarie, commise par des policiers, intervient quelques mois seulement après le meurtre d’Adama Traoré, mort asphyxié entre les mains de gendarmes du Val d’Oise, l’été dernier.
Avec l’adoption, en ce moment même, d’une nouvelle loi facilitant l’usage de la violence et des armes à feu par les policiers, c’est de fait un encouragement au contrôle au faciès et à ces actes racistes et criminels, par des policiers qui ont le sentiment qu’ils peuvent tout se permettre.
Les quartiers populaires ne doivent plus être des zones dans lesquelles les policiers peuvent impunément jouer les cow-boys, assurés d’un paratonnerre judiciaire ! Il y a urgence à en finir avec le quadrillage sécuritaire de ces quartiers, ainsi qu'avec les provocations, les humiliations et les violences racistes de la police !
(7/2/2017) (1304 signes)

23.Trump - Tout le pouvoir aux banques
Avec Trump, le rouleau compresseur ultralibéral marche à allure accélérée. Après la crise financière de 2008, tout en sauvant les banques à coups de milliards, Obama avait néanmoins fait adopter par le Congrès quelques mesures pour soumettre les activités des banques à un minimum de réglementation. Les activités spéculatives qui avaient mis sur la paille des centaines de milliers de foyers étaient en particulier visées. Allié au lobby bancaire qui dénonçait ces contraintes insupportables, Trump avait promis d’annuler ces mesures .
Il vient de signer deux décrets en ce sens. Même si cela nécessitera un vote au Congrès, le symbole est fort : les banques saluent une réforme constructive qui va libérer le pouvoir de l’industrie bancaire. Trump fait sauter pour elles le verrou qui empêchait les USA d’être en position dominante sur le marché mondial. Le milliardaire soi-disant anti-système est fier de lui. Qu’en pense Marine Le Pen, grande admiratrice de Trump ?
(7/2/2017) (1008 signes)

22. Roumanie, La corruption ne passe plus
A peine reconduit au pouvoir avec les élections de décembre 2016, le Parti Social Démocrate se trouvait contesté dans la rue par des centaines de milliers de manifestants la semaine dernière. La colère visait un décret du gouvernement qui aurait évité le tribunal à de nombreux politiciens, dont le chef du parti au gouvernement, Liviu Dragnea, accusé de détournement d’argent public.
Cette énorme mobilisation a obligé le gouvernement à retirer le décret incriminé. Une leçon pour nous : Par des mobilisations massives et décidées à aller jusqu’au bout, il est possible de faire céder un gouvernement. C’est ce qu’il nous aurait fallu contre la loi Travail de El Khomry.
En Roumanie, la contestation pourrait bien rebondir si le gouvernement s’obstine sur un autre projet : une amnistie pour les condamnés à moins de cinq ans, dont le principal bénéficiaire serait une fois de plus le chef du parti au pouvoir, Liviu Dragnea, condamné pour fraude électorale en avril 2016. En Roumanie comme en France, la corruption ne passe plus.
(7/2/2017) (1066 signes)

21.Le chômage : La solution Fillon .
Le chevalier de la République vertueuse François Fillon, en 2012 avait déclaré : « il y a injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et reçoivent de l'argent public », (une pensée pour les chômeurs sans doute !) Il vient de forger un nouveau slogan pour la campagne présidentielle : « 500 000 fonctionnaires en moins pour combattre le gaspillage de l'argent public, 500 000 euros en plus de l'argent public dans la poche de ma femme qui fait semblant de travailler pour moi ! » voilà la justice sociale à la sauce François.
Depuis les révélations du Canard Enchaîné sur l'emploi fictif de Pénélope, Fillon trouve qu '« il y a quelque chose de pourri dans ce monde » sans blague !
Pas seul :
Une autre politicienne honnête et vertueuse, Marine Le Pen, est aujourd'hui poursuivie par le parlement européen pour 300 000 euros versés à des assistants parlementaires qui ne travaillent pas pour lui !
C’est vraiment ce monde qui est pourri et à renverser.
(29/01/2017) (1026 signes)

20. Les salaires stagnent, les dividendes du Cac 40 flambent !

Les entreprises cotées au CAC 40 ont distribué 55,7 milliards d'euros en 16 à leurs actionnaires sous forme de dividendes et de rachat d'actions, soit 12 milliards de plus que l'an dernier !
Pendant ce temps, le gouvernement maintient sa politique de gel des salaires et applique au SMIC la stricte augmentation légale, + 0,93 %, soit... 11 € net par mois tandis que le gaz augmente de 5 %, les complémentaires santé de 2 à 5 %, les tarifs bancaires jusqu’à 13 %, etc...
Les inégalités n’ont jamais été aussi grandes en France comme dans le monde où les huit personnes les plus riches possèdent plus que la moitié de l’humanité !
(25/01/17) (687 signes)

19 - POLLUTION: GRATUITE DES TRANSPORTS EN COMMUN !
Les pics de pollution se rapprochent, durent plus longtemps. Rien n'arrête les poussières de moins de 2/100 de mm; Les dégâts sont considérables chez les enfants, les personnes âgées, les personnes affaiblies: asthme, bronchite, bronchiolite. Ces particules provoquent 48 000 décès par an.
Priorité absolue aux transports en commun : la gratuité lors des pics de pollution vient pourtant d’être supprimée à Paris, alors que ça devrait être tous les jours, sur l’ensemble du réseau.
faut sortir du tout-auto, du tout-camion pour transporter les marchandises, engager la reconversion de l’industrie automobile vers des moyens de transports plus collectifs et moins polluants. Aller vers 100 % d’énergie renouvelable exige qu’on abandonne la fuite en avant dans les énergies fossiles. Pas de demi-mesure !
(25/01/2017) (853 signes)

18 - Triplé de Peugeot au « Dakar »… Un peu cher, le coup de pub pour la 3008 !
Le Dakar tue : plus de 70 morts depuis l’origine, aussi bien parmi les concurrents… que dans le public. Le Dakar pollue : à quand la circulation alternée, ou les vignettes de couleur, pour ces bolides qui sillonnent l’Amérique latine à grande vitesse ? Le Dakar détruit : plus de 200 sites archéologiques (selon des sources chiliennes) ont été détruits ces dernières années par le passage du rallye-raid. Symbole de l’usage réservé par le capitalisme à des continents dominés : un terrain de jeu pour riches hommes blancs.
(23/01/2017) (596 signes)

17- RENAULT CAP 2020 : L’ARNAQUE A LA COMPETITIVITE, BASTA !
Tous les syndicats (sauf la CGT et SUD Solidaires) ont signé le nouvel accord de compétitivité et ont donc cédé aux injonctions d'une direction à la recherche de toujours plus de profits pour les actionnaires et hauts dirigeants. Les 6,4 millions d'euros du cadeau de Noël que Ghosn ne les a même pas empêchés de signer pour la perte de nos jours de congés et l’indexation de nos salaires sur la rentabilité ! La voie du dialogue social est bien une impasse. Il ne reste plus que la mobilisation sur les sites, mais aussi sur tout le groupe, pour faire céder la direction, à commencer pour l'augmentation des salaires et la fin de la précarité.
(23/01/20) (700 signes)

16 - Renault CAP 2020, EN IRAN AUSSI …
Pars Khodro, filiale Iranienne de Renault Nissan est une joint-venture contrôlée à 48 % par la république islamique qui fabrique des Renault sous licence. Après l’accord sur le nucléaire, Renault vise 20% du marché iranien en 2020 et impose la compétitivité par la répression. Fin 20, les salariés de l’usine avaient protesté contre les licenciements et les bas salaires. Car en échange d’hypothétiques CDI, les salaires ont baissé de 2 millions à 700 000 rials. Suite à cette action, Davood Rafiei, délégué du syndicat libre de Pars Khodro a été placé en détention préventive dans la prison centrale de Téhéran par les gardiens de la Révolution. Deux autres, libérés sous caution, risquent des peines très lourdes. Actionnaires, dormez tranquilles !
(23/01/2017) (787 signes)

15- VICTOIRE DES OUVRIERS DE RENAULT-BURSA
En décembre, une délégation d'ouvriers de Renault-Bursa était en tournée en France, pour témoigner des méthodes antisyndicales de Renault et du régime Erdogan. Elle était au à Guyancourt le 12 décembre. Il faut croire que cette initiative a eu quelques effets sur le gouvernement turc. En effet, 125 travailleurs qui avaient engagé une action en justice (sur les 500 licenciés suite à la grève de mars 2016) avec leur syndicat DISK viennent de gagner. Renault a été condamné à leur verser 16 mois de salaire à titre de préjudice, avec obligation de les réintégrer. Renault a fait appel et a décidé de ne pas appliquer dette décision. Les 2 millions d’euros d’indemnisation au total, c’est trois fois moins que le cadeau de Noël de Carlos Ghosn. Réintégration des licencié(e)s !
(23/01/2017) (817 signes)

14 - POLLUTION : Pas aux salariés de payer LA NOTE !
Après un an d’enquête, le parquet de Paris a ouvert le 13 janvier une information judiciaire sur la fraude aux tests antipollution chez Renault. Depuis des mois, la direction cherche à couvrir sa politique, qui a délibérément sacrifié la santé humaine au profit de la rentabilité financière. Aujourd'hui, il n'y a plus débat sur la quantité d’émissions polluantes émises par les moteurs diesel ou essence des différentes marques. Chaque constructeur reconnaît aussi utiliser des ruses pour passer les tests anti-pollution officiels. La seule question pour la justice est donc de juger si ces ruses sont oui ou non légales. Notre santé passe avant leurs profits : tout doit être rendu public pour que les véritables responsabilités soient établies. Et pour nous, c’est tout le mode de transport qui est à revoir. Nos intérêts de salariés n'ont rien à voir avec ceux des actionnaires et des hauts dirigeants.
(1023 signes)

13 - JOURNEE USINE MORTE A FORD BLANQUEFORT
A l’appel de l'intersyndicale CGT, CFTC, FO et CGC, 400 salariés ont manifesté ce lundi 23 janvier au centre de Bordeaux contre les risques de fermeture de leur usine, qui fabrique des boites de vitesse automatiques (930 salariés en CDI). Ils ont été rejoints par des travailleurs de la santé et d’autres services publics. Une décision d’un nouvel investissement doit être prise au 2ème trimestre, mais les menaces s'accumulent. Prochain objectif dans la rue : la mairie de Bordeaux. La mobilisation s'organise. Elle doit recevoir soutien et solidarité !
(23/01/2017) (593 signes)

12- FN : ARNAQUE A TOUS LES ETAGES
Jean-Marine peut bien raconter ce qu’elle veut : qui les a vus manifester dans la rue contre la loi El Khomri, pour la Sécu, pour les retraites, contre les licenciements, pour les services publics? Le FN propage la peur des réfugiés, prône la subordination des femmes, incite à la haine contre les « musulmans » comme en d’autres temps contre les « juifs ». Mais un travailleur français aura toujours plus de points communs avec un travailleur étranger qu’avec les patrons du CAC 40, pourtant bien « français de souche » au sens du FN.
L’égalité des droits est la seule façon de construire une société humaine et vivable. Le parti de la fille du milliardaire vit du système et aspire à le perpétuer. Ses élus accumulent les indemnités en espérant prendre bientôt les bonnes places.
(23/01/2017) (811 signes)

11- « PRIORITE A L’INDUSTRIE ? », PARLONS-EN !
Un appel « Redonnons la priorité à l’industrie » est paru dans le journal Le Monde. Parmi les signataires, Pierre Laurent et Eric Coquerel (dirigeants du PC et du PG), Philippe Martinez et Jean-Claude Mailly (dirigeants de la CGT et de FO), Arnaud Montebourg (PS) ou Bernard Thibault … Ils affirment : « Seuls des salariés compétents et impliqués sont, en effet, en mesure de donner aux entreprises les capacités d’innover. Ici réside le compromis fondamental entre le capital et le travail sans lequel aucun développement n’est possible. » Mais c’est justement de l’exploitation de notre savoir-faire que profitent les patrons du CAC40, entre autres Carlos Ghosn. Redonner la priorité à l’industrie, c’est au contraire exproprier les capitalistes et réorienter l’économie pour la satisfaction des besoins sociaux, pas pour les profits des actionnaires.
(23/01/2017) (895 signes)

10- MOINS POUR LA GUERRE, PLUS POUR L’EDUCATION !
Donner plus à qui en a le plus besoin. Ca paraît logique. Ainsi un établissement classé «Education prioritaire » peut mieux diminuer le nombre d’élèves par classe ou dédoubler certains cours. Mais ça, c’est insupportable pour la droite et c’est trop à gauche pour Valls/Hollande/Najaud-BelKacem.
Ainsi le gouvernement a décidé qu’il n’y aurait plus AUCUN lycée en Education prioritaire. Ca veut dire plus dans les classes, moins de dédoublements. Et pour tous les lycées, pas question de diminuer les effectifs.
Des lycées en région parisienne, Aix-Marseille, Lille etc, sont en grève pour leur retour dans l’Education prioritaire, profs et élèves ensemble.
(15/01/2017) (704 signes)

9 - FN : L’ARNAQUE
Jeanmarine peut bien raconter ce qu’elle veut : qui les a vus en vrai contre la loi El Khomri, dans la rue pour la Sécu, pour les retraites, contre les licenciements, pour les services publics? Le FN propage la la peur des migrant-e-s, prône la subordination des femmes, excite à la haine antimusulman-e-s. Mais un travailleur français aura toujours plus de points communs avec un travailleur marocain qu’avec les patrons français de LVMH.
L’égalité des droits est la seule façon de construire une société humaine et vivable. Le parti de la fille du milliardaire vit du système, ses élus accumulent les indemnités en espérant prendre bientôt les bonnes places.
(15/01/2017) (376 signes)

8 - POUR UN PLAN D’URGENCE CLIMATIQUE !
- arrêt du tout-voiture et tout-camion, Transport des marchandises en priorité par le fleuve et le rail, gratuité des transports en commun
- une agriculture capable de fournir une nourriture saine, sans pesticides, sans chimie.
-arrêt des productions inutiles, de mauvaise qualité, toxiques (armement, publicité, obsolescence programmée, nucléaire…), reconversion des emplois, sans rupture du contrat de travail.
-priorité à la rénovation des bâtiments, à la construction écologique, aux énergies renouvelables, au recyclage et à la réparation, au démantèlement des centrales nucléaires, à l’agriculture paysanne, au matériel ferroviaire…
DANS UN PAYS OU LA PROPRIETAIRE DE L’OREAL GAGNE 00 000€ PAR JOUR, ON PEUT CREER DES MILLIONS D’EMPLOIS DE QUALITE !
(15/01/2017) (796 signes)

7 - MACRON , EN MARCHE (ARRIÈRE) !
L’ancien banquier de Rotschild se veut meneur d’une « révolution anti système » avec un programme économique des plus conservateur (le même que Fillon), moins de cotisations pour moins de retraites, plus d’impôts et la fin de la sécurité sociale. Un monde idéal, sauf si on est malade… ou ouvrier ! Une superbe marche arrière socialo-économique !
(15/01/201) (376 signes)

6 - SÉCURITÉ : UN PERMIS DE TUER ?
En fin de mandature, le 21 décembre, le gouvernement a soumis, sous la pression policière un projet de loi élargissant les conditions dans lesquelles les policiers pourront ouvrir le feu. A l’inverse de ce que prétend le gouvernement, l’alignement de la police sur la gendarmerie ne permettra pas plus aux policiers de savoir dans quelles conditions ils peuvent tirer. En dernière analyse, ces conditions resteront soumises aux exigences posées par la Convention européenne des droits de l’Homme et la jurisprudence de la Cour : respecter le principe de proportionnalité face à un danger imminent reste un impératif.
En revanche, le message lancé pourra être interprété par certains policiers à la gâchette facile comme une autorisation presque illimitée et pourra donc conduire à une augmentation des bavures. Cette extension des pouvoirs de police applicables dans la vie quotidienne ne sera probablement pas de nature à renforcer le lien de confiance entre la police et la population. Pour éviter les bavures, désarmons la police, à l'image d'autres pays.
(12/01/2017) (108 signes)

5 - Exemple à suivre
Depuis le décembre, une grève se poursuit à l’usine MC Syncro de Chanteloup-les-Vignes en région parisienne. Celle-ci assure exclusivement le montage des roues pour les véhicules fabriqués à l’usine PSA de Poissy. C’est un atelier de l’entreprise automobile, externalisé chez un sous-traitant pour faire des économies.
La cinquantaine de salariés est en grève pour 200 euros d’augmentation mensuelle et 1 000 euros de prime annuelle, mais surtout pour l’embauche de tous les intérimaires. En dépit des méthodes de voyou de leur patron, qui a fait venir des travailleurs détachés et des intérimaires pour remplacer les grévistes, leur mouvement continue. Surtout en sachant que cette entreprise de 00 salariés a versé 10 millions d’euros à ses actionnaires l’an dernier, leurs revendications pourraient être celles de tous les travailleurs …
(9/01/2017) (86 signes)
 

4 - Solidarité contre actes de barbarie
Une relaxe a finalement été prononcée à l’égard de l’enseignant poursuivi pour avoir tenté de transporter trois Érythréennes depuis la vallée de la Roya pour qu’elles se fassent soigner à Marseille. Reste l’attente du verdict pour l’agriculteur poursuivi pour avoir aidé et hébergé d’autres migrants.
D’un autre côté, Médecins sans frontières est amené à dénoncer ces actes de barbarie où « Alors que les températures sont devenues négatives, les violences policières se multiplient depuis une dizaine de jours, les forces de l’ordre réveillent les migrants en pleine nuit et leur confisquent leurs couvertures. En une semaine, les équipes de Médecins sans frontières ont déjà dû prendre en charge huit personnes proches de l’hypothermie. »
Ainsi, au lieu de venir en aide aux SDF et aux migrants, le gouvernement cherche à les chasser des endroits où ils sont les plus visibles.
Toutes ces affaires relancent le débat sur le « délit de solidarité ». Face à des gouvernements qui traquent les réfugiés à travers l’Europe, des gens, toujours plus nombreux, sont prêts à braver les interdits pour venir en aide, accueillir des familles qui ont fui leurs pays en guerre.
(9/01/2017) (1201 signes)

3 - Le travail tue près de deux personnes par jour
A l'heure où on entend surtout parler coût du travail, allongement du temps de travail, ou départ à la retraite plus tardif, il est bon de rappeler quelques chiffres. Vous ne les entendrez jamais sur les grands medias : le nombre de morts par accident du travail. Oui, en France aujourd'hui, plus ou moins 550 personnes selon les années meurent encore sur leur lieu de travail, faute de mesures de sécurité adéquates. Rien que dans les deux derniers mois de l'année 2016, 40 travailleurs ont perdu la vie au boulot. La plupart de ces morts anonymes pourraient être évitées si les entreprises respectaient leurs obligations de sécurité. Le nombre de tués stagne depuis quelques années, alors qu'il était en fort recul auparavant.
Et ce ne sont certainement des lois comme celle d'El Khomri qui vont arranger les choses !
(9/01/2017) (865 signes)

2 - Le père Noël est une ordure : bonus de 6 millions d'euros pour Carlos Ghosn
Au jackpot des stock options Carlos Ghosn a joué gagnant avec un gain de 6,4 millions d'euros en ce mois de décembre 2016. Il a en effet massivement racheté 132 770 d'actions à un prix cadeau « prédéfini » fixé à 37,43 euros pour ce privilégié. Il peut les revendre, en toute liberté de s'enrichir, au prix actuel du marché de 85,3 euros. Une différence de 47,9 euros par action. Soit un gain total de 6,36 millions d'euros.
Et en ce début d’année, Ghosn et sa direction sont même en passe de réussir à imposer à tous les salariés un énième plan de compétitivité avec des salaires bloqués, et une flexibilité accrue. Il a même trouvé pour cela des dirigeants de syndicats assez complaisants pour apposer leur signature.
(9/01/2017) (799 signes)

1. - Bonne année pour les guerriers !
Si le bilan de l’année passée, c’est d’abord les guerres, ce n’est pas perdu pour tout le monde : presque tous les pays ont augmenté leur budget militaire, à commencer par les pays occidentaux, en particulier les États-Unis, qui dépensent à eux seuls la moitié du budget militaire mondial.
Mais pour les marchands de canons français, les guerres sont aussi des aubaines : en 206, les ventes d’armes ont battu des records tant pour le Rafale à l’Inde, les sous-marins à l’Australie, hélicoptères à Singapour et au Koweït ou véhicules blindés, etc.
Et là pour eux, les Fillon, Valls ou Le Pen, pas question de couper dans le budget de l’armée, comme il en est encore question pour nos acquis sociaux. Ce monde qui marche à l’envers, il va bien falloir le retourner !
(2/0/2017) (795 signes)