Fabriquer des respirateurs dont la pénurie a été organisée. Les bagnoles peuvent attendre !

Publié le par NPA Auto Critique

Depuis plus de deux semaines, l’industrie automobile est interpellée notamment aux États Unis et en Angleterre pour produire les respirateurs qui manquent dans les hôpitaux faute de production et de moyens pour s'en procurer. Deux semaines c’est long lorsqu'une pandémie progresse à ce rythme.

Et ce n’est qu’ à la toute fin du du mois de mars que PSA et Renault annoncent leur participation à des projets industriels de construction de respirateurs.

Pour PSA, une soixantaine de volontaires assembleront dans un atelier de l’usine de Poissy des modules mécaniques qui seront ensuite livrés pour l'assemblage final sur le site d’Antony d’Air Liquide.

Pour Renault lundi 29 mars le seul fait constatable était l’affectation d’une seule personne deux heures le matin deux heures l’après midi à la réalisation de composants sur une imprimante 3D. On a vu mieux comme effort prioritaire

« La CGT de PSA est bien évidement d’accord avec la fabrication de respirateurs médicaux avec une sécurité sanitaire maximum pour les salariés car c’est une production vitale et urgente pour sauver des vies. Mais que de temps perdu par ces deux constructeurs quand on sait la pénurie inacceptable de respirateurs médicaux dans les hôpitaux »

Oui il y a urgence à produire des respirateurs et tout le matériel dont le personnel soignant, salariés exposés et la population ont besoin. Alors qu’ils sont aujourd’hui en pénurie et que la production capitaliste tournée vers le profit en est directement responsable, il faut avoir le cynisme de Macron pour les féliciter.

Au regard des capacités industrielles de PSA et Renault, parmi les plus grands constructeurs automobiles mondiaux, les décisions annoncées constituent une sorte d’aumône aux plus nécessiteux. Et une séquence au journal télévisé c’est toujours bon pour la com.

« Un peu » est toujours mieux que rien du tout. Mais les firmes automobiles pourraient faire bien plus sur une bien plus grande échelle si une réquisition de leurs capacités industrielles à la mesure des besoins était décidée.

La production de biens essentiels est nécessaire pendant l’épidémie et la fabrication de respirateurs en fait évidemment partie, mais pas les voitures ou les moteurs. Contribuer modestement à la fabrication de respirateurs comme le font les constructeurs automobiles n’est pas un motif pour justifier la reprise de leurs production de voitures. Des respirateurs dont on manque tellement, oui ! Les bagnoles peuvent et doivent attendre ! Pour la santé et la vie de tous, le mieux serait que cette production se fasse sous les contrôle des salariés !


 


 

Fabriquer des respirateurs dont la pénurie a été organisée. Les bagnoles peuvent attendre !

Commenter cet article