Chantage à l'emploi chez Bosch à Rodez

Publié le par Correspondant 13 février 2013

Bosch conditionne l’arrivée d’une nouvelle fabrication à l’acceptation par les salariés de nouveaux sacrifices :gel des salaires sur deux ans, plan préretraite, diminution du personnel.  L’objectif est de passer de 1 542 équivalents temps plein actuellement à 1 425 en 2014, soit 117 personnes de moins. L'usine Bosch est la princiaple usine du bassin de Rodez, la préfecture de l'Aveyron

Ici, la concurrence s’exerce avec les usines allemandes de Hambourg et Bambel. La direction n’installera une seconde ligne de fabrication "common rail injection" que  si elle peut gratter 4 millions d’euros d’économie à prendre sur emplois et conditions de travail.

"On nous a clairement fait comprendre que si on veut que cette production arrive à Rodez, il faut que les salariés se la payent", déclarait hier le délégué syndical central CGT lors d’une prise de parole devant l’accueil de l’usine.

Le chantage utilisé par Renault et PSA est mis en pratique à Rodez par Bosch. La direction veut aller vite avec une décision qu’elle voudrait imposer à la fin du mois de février.

Commenter cet article