Des "auto licenciements" chez Fiat en Serbie

Publié le par Correspondance 14 novembre 2011

Fiat a délocalisé une partie de sa production en Serbie, en rachetant l'ancienne usine automobile Zastava à Kraguejevac, près de Belgrade (voir note 1)
 
Les effectifs :
Les salariés sont actuellement de 1201 personnes (1001 ouvriers et 200 employés). Un peu plus de 200 ont été embauchés par l'agence nationale pour l'emploi. En juillet dernier, l'effectif était de 1296. Les 95 suppressions de postes ont été des “autolicenciements”, des départs avec une prime de 500 euros par année travaillée.
Il y aura d'autres “autolicenciements d'ici la fin de l'année 2011. La prime de départ a été nettement augmentée, elle était jusqu'à présent de 300 euros par année travaillée. Sans que l'on en ait la certitude, cette prime semble être payée par la Fiat (qui a intérêt à embaucher du nouveau personnel) et non par le gouvernement. Les ouvriers les plus anciens peuvent espérer toucher jusqu'à 11 000 euros (ce qui est une somme assez importante pour la Serbie). Ces départs concernent essentiellement les ouvriers les plus anciens, incapables de respecter les nouvelles normes de productions WCM.
En mars 2012 de nouvelles embauches devraient commencer, on parle d'un total de 1000 personnes, embauchées d'ici septembre 2012, par le biais de l'agence nationale pour l'emploi. Ainsi s'évanouissent les espoirs des travailleurs de la Zastava, licenciés en janvier de retourner au travail.
Selon les déclarations de la Fiat, quand l'usine tournera à plein régime, l'effectif devrait être de 2433 salariés, pour une production annuelle de 200.000 automobiles (destinée aux marchés européens, russes et des USA).
Salaires :
Le salaire moyen d'un salarié qui travaille à plein temps est de 300-350 euros (30-35 mille dinars).
En fait, le salaire moyen réel est d'environ 250 euros par mois, si l'on tient compte des périodes de chômage technique (payé à 80 %)

Production :
La production de la Punto (effectuée par l'ancienne usine Zastava) est presque totalement terminée. Depuis près d'un an, on parle de la production de la Musea et de l'Idea, mais sans aucune confirmation.
On évoque maintenant un nouveau modèle appelé Lzéro, mais la Fiat dit que c'est encore un secret industriel. Selon elle, ce modèle sera présenté au salon de Genève en mars 2012.
Les ateliers de carroserie, de peinture et de montage sont prêts à fonctionner. Les moteurs et boîtes de vitesse seront importés d'Italie.
Les investissements ont été financés essentiellement par le gouvernement serbe (actionnaire à 33% dela nouvelle joint-venture) et par un prêt auprès de la BEI (Banque européenne d'Investissement) en partie garanti par la Serbie. Attaquée par les médias, la Fiat a refusé de communiquer certaines clauses de l'accord passé avec le gouvernement, se retranchant derrière le secret commercial et industriel.
Sous-traitants :
Les premières informations du ministre de l'économie (octobre 2009) dans ce domaine étaient triomphales : 41 entreprises concernées avec un total de près de 10 000 personnes. Mais elles ont depuis été beaucoup revues à la baisse. Dans la meilleure des hypothèses, ce sont 1000 travailleurs qui devraient être embauchés par les sous-traitants en 2012.
La sélection se fait par la direction des ressources humaines de la Fiat, qui s'occupe aussi bien des embauches à la FAS que dans la sous-traitance. Le gouvernement serbe versant pour chaque embauche une prime de 5 000 euros aux  entreprises et en les exonérant de toute taxe pendant 10 ans.
Note 1. Voir l'article “Les bonnes affaires de la Fiat en Serbie” dans “Convergences Révolutionnaires” n°73 de janvier-février 2011
Note 2  Les infos ci-dessous proviennent d'un camarade italien en contact avec des syndicalistes de la Fiat Auto Serbia.

Publié dans Autres-constructeurs

Commenter cet article