La grève chez Renault - SOVAB continue

Publié le par infos Correspondant 11 octobre 2011

C'était lundi 10 octobre le huitième jour de grève. La direction refuse toujours de céder sur les revendications, et une nouvelle réunion tenue lundi  l'a encore confirmé.

Comme l'indique le tract des syndicats, CGT SUD et CFTC, présents dans la grève,  "C’est la Direction qui est responsable du blocage ! La revendication des 1000 euros est légitime au regard des pertes de l’ordre de 2000 euros par an d’intéressement. La compensation des 200 euros pour les nouveaux horaires c’est la moindre des choses."

La grève bloque la production de l'usine, avec 600 véhicules Master en moins chaque jour.

Les grévistes de la SOVAB se sont adressés aux autres usines de la SOVAB. C'est notamment le cas à  Vililers Saint Frédéric dans les Yvelines. Voir le tract diffusé dans cette usine

La présence d'huissier rôdant aux abords de l'usine a été signalée. Cela prépare-t-il un recours de la direction en référé pour autoriser l'usage de la force contre les grévistes ? C'est une raison supplémentaire de soutenir les grévistes de l'usine de Batilly.

Publié dans Renault

Commenter cet article

N


Renault-Sovab (Batilly) : après 10 jours de grève, la direction lâche du lest


Les ouvriers en lutte de l’usine Renault-Sovab à Batilly réclamaient une prime annuelle de 1 000 euros qui aurait compensé le manque à gagner dû à la baisse de l’intéressement, et une prime
de 200 euros nets par mois en contrepartie des nouveaux horaires. Après une dizaine de jours d’une grève à laquelle 400 d’entre eux ont participé, les ouvriers ont obtenu une prime de
450 euros, le paiement de 2 jours de grève et l’étalement des retenues sur salaire.


Même s’ils n’ont pu imposer toutes leurs revendications, les grévistes ont su faire preuve de ténacité et de combativité face à une direction qui prétendait ne rien pouvoir lâcher. Ils ont
montré que la force des travailleurs, c’est la grève. Et c’est par la grève que pourront être imposées les mesures vitales qu’exige la période : un salaire minimum de 1 600 euros nets
et l’indexation des salaires sur lahausse des prix.


(brève Bulletin d'entreprise du NPA 57)



Répondre