Le PDG de PSA annonce une nouvelle réduction des coûts et confirme les plans de fermeture d'Aulnay et de SevelNord

Publié le par Communiqué CGT PSA 13 septembre 2011

Le PDG  de PSA, P. Varin,explique au Figaro  qu' il va falloir "accélérer les réductions de coûts", en d' autres termes : que s' il y a une baisse des ventes, ça sera aux salariés d' en faire les frais, par des suppressions d' emplois et l' augmentation des charges de travail,

Il faut rappeler que PSA a 11 milliards d' euros en "réserve", ce qui signifie qu' il y a largement assez d' argent pour maintenir les emplois et les salaires pour tout le monde.

La CGT du groupe PSA en réponse à cette véritable provocation a publié le communiqué suivant:

 

La CGT tient à dénoncer les annonces de M. Varin qui sonnent comme une véritable provocation pour les salariés !

  • Alors que M. Varin reconnait dans le Figaro que PSA s'est enrichi en traversant la crise de 2008 (réduction de la dette qui ne représente plus que 1,6 milliards d’€  et disposant de  plus de 11 milliards d’€ de liquidités),
  • Alors que le groupe vient, en un mois, de dépenser près de 200 millions d’€ en rachat d'actions PSA, dont l'utilisation est restée secrète,

M. Varin se tourne vers les salariés pour leur demander encore de faire des sacrifices sous forme de réductions d'effectif.

Pour anticiper une possible baisse des ventes, ce seraient d'abord les travailleurs intérimaires et les sous-traitants (BEX : Bureaux d’Etudes Extérieures) qui seraient touchés et qui verraient leurs emplois supprimés. Cela veut dire concrètement des milliers de licenciements et une aggravation considérable des charges de travail pour tous ceux qui restent.

Avec cette politique de rigueur, PSA participe à l'aggravation générale du chômage qui rapproche un peu plus l'ensemble de la société du gouffre.

 

Concernant les usines d’Aulnay et de SevelNord, les différentes déclarations de M. Varin confirment le plan secret de fermeture dévoilé par la CGT en juin dernier.

En effet pour Aulnay, dans les colonnes du Figaro, M. Varin confirme non seulement qu'il n'y a rien de prévu en 2014 après la C3 et a reconnu, au cours de sa conférence de presse à Francfort, qu'il y a une réflexion sur la question de la fermeture et que la fuite nous a obligé à en parler avant le moment choisi.

Pour la CGT il n'est pas question que les salariés fassent les frais de cette politique et qu'après s'être attaqués aux précaires, la direction s'attaquera aux CDI.

Face à une possible baisse des ventes, il existe une solution simple : baisser la production en baissant les cadences tout en partageant le travail entre tous les salariés sans toucher aux salaires.

Pour la CGT, les 11 milliards de liquidités et les 200 millions d'achats d'actions serait mieux utilisés à maintenir les emplois et les salaires plutôt que d'être placés en bourse.

 

Lire le communiqué de la CGT PSA sous forme "word"

 


Publié dans Peugeot

Commenter cet article